[Rétrospective] Jo Berry

Mass Effect Saga

Natsumi - Dimanche 05 Mai 2013 à 17h40 - 0 commentaire - News
image


Des fans aux développeurs, par Joanna Berry, Bioware Montreal Writer


image


Je suis sortie de mon véhicule, soufflant dans mon casque, et j'ai fait mes premiers pas sur la surface de la Lune. Après avoir vu mes possibilités, j'ai regardé en haut et j'ai eu un aperçu de la Terre, bleue, verte, et blanche, suspendue dans une mer infinie de noir. La vue était magnifique, surprenante et, à ma surprise, vraiment en mouvement. Je l'ai regardé pendant un long moment, comprenant lentement que ce moment -lever la tête vers la Terre- était une mince réalisation de mon intérêt de ma vie entière sur l'espace. Mon aspiration à voyager dans les étoiles.

Finalement, j'ai repéré mes coéquipiers, et nous nous sommes mis en mouvement vers notre objectif de mission. C'était en 2007. J'ai assisté aux premières heures de Mass Effect, et nous avions une galaxie à sauver.

Je voudrais continuer sur la mémorable expérience que j'ai eu à travers la saga Mass Effect -des scènes de cinématiques épiques, des interactions avec mon équipe, des lignes à mourir de rire- mais ce moment non scripté sur la Lune est resté en moi en tant que fan à tout jamais.

Étant quelqu'un qui à grandi avec les films des années 80 -Star Wars, Star Trek II: The Wrath of Khan, Flight of the Navigators, The Black Hole- Mass effect est le genre d'aventure de science-fiction au grand cœur que j'ai toujours rêvé d'avoir, et c'était une aventure dans laquelle j’avais le contrôle totale de qui mon personnage était et de ce qu'elle croyait. Je me suis déjà jeté sur le préquel, Mass Effect : Révélation, et maintenant je pose les pieds sur des mondes lointains, commandant un vaisseau spatial, et apprenant à propos des cultures alien texturées comme la mienne. Mais grâce à la manière dont le jeu a été construit, il y a de la place pour ces petits et subtiles moments, qui résonnent en moi à cause de ce que le voyage spatiale représente pour moi.

***

J'ai toujours été un écrivain; rien ne me rend plus heureux que la chance de créer quelque chose. Quand je jouais à Mass Effect, une pensée n’arrêtait pas de revenir: "Ça. Je veux faire quelque chose comme ça." Peu de temps après, j'ai vu que Bioware recherchait des écrivains. Ayant adoré les jeux de Bioware depuis Baldur's Gate II, je me suis dis, "Bon, pourquoi ne pas essayer?".

J'ai eu assez de chance pour passer la sélection, ayant transmis un essai, et un dur test d’écriture de 48 heures. Après mon entraînement, j'ai été enchanté de travailler sur un amour d'enfance, la franchise Star Wars, quand j'ai repris le Consulat Jedi sur Star Wars: The Old Republic. Quand Mass Effect 2 et 3 sont passés en développement, j'ai suivi le processus créatif depuis l’intérieur : les grésillements de trailer en interne, les sympathiques démonstrations techniques, le concept art... Quand j'ai été transféré sur la franchise Mass Effect à Bioware Montréal l'année dernière, j'ai eu la chance de contribuer à un univers que j’explorais et découvrais depuis des années.

C'était énormément fun. Une expérience dont je me souviens particulièrement est quand je travaillais avec l'écrivain Ann Lemay sur la guerre de l'information Fight for Omega sur Twitter. J'écrivais les tweets pour les forces de Cerberus quand ils combattaient Nyreen Kandros et le gang des Serres (que Ann écrivait) pour le contrôle d’Oméga, complété avec des messages cryptés pour faire participer les fans en aidant à résoudre et à combattre lors du conflit. (Incidemment, la chance d'écrire comme un passif de Cerberus dans le département de ressources humaine m'a procuré une grande joie -- Il y a une série machinima qui attend de se produire! ) Dès lors, je suis allé à... Bref, il suffit de dire que j'ai eu le plus grand bonheur de ma vie, et je suis excité de voir où les choses vont aller.

Je suis arrivée sur Mass Effect avec une perspective inhabituelle. Je suis un grand fan qui connaît la série de l’intérieur et de l’extérieur, mais je suis aussi maintenant un écrivain et un designer qui peut regarder en arrière et voir ce qu'il a bâtit. Mass Effect m'a donné des complexes, une expérience engageante, comme la romance avec Kaidan qui outrepasse les changements et les challenges, ou ce choix qui peut changer le destin entier du Consensus Geth, ou comprendre ce qui a conduit Mordin à guérir le génophage. Mais ces moments ont aussi été aussi simples que de se tenir sur la Lune, levant la tête vers la Terre, et se sentir à la fois petit et grand en même temps.

C'est ce que Mass Effect m'a donné. C'est que je veux créer.



Jo Berry
Commentaires
Aucun commentaire Poster un commentaire