[Rétrospective] Jessica Merizan

Mass Effect Saga

Natsumi - Vendredi 26 Avril 2013 à 18h24 - 1 commentaire - News
image


Jessica Merizan, Community et Social Manager


image


"Ce fut un long voyage, et personne n'en est sorti sans cicatrices."

C'était et automne 2007. Graham, mon petit ami, va et vient, avait amené petit à petit ses affaires durant les dernières années jusqu'à ce que, avant que je le sache, il avait entièrement aménagé dans mon appartement. Nous étions devenus proches quelques années auparavant, en tant qu'étudiants à Berkeley. Presque immédiatement lors de notre rencontre, nous avons réalisé que nous avions quelques points en commun, incluant l'asthme, les jeux vidéo, et un penchant pour la surenchère.

Pour faire court, nous étions des nerds décomplexés qui ne s’identifiaient pas comme tels. Les nuits où nous devions normalement réviser étaient dédiées à jouer à Donjon & Dragons et d'autres RPG. Être l'unique personne qui, non seulement possédait tous les livres de D&D, mais qui pouvait aussi organiser une campagne était un peu une nouveauté pour les gars dans mon dortoir.

Durant la pause du semestre, Graham avait acheté un nouveau jeu appelé Mass Effect pour que nous y jouions, s'assurant que nous continuerions d'éviter le travail. Il adorait les jeux de tirs. J'adorais la customisation des personnages. Ça ressemblait à un RPG que nous pouvions tous les deux apprécier. Mon souvenir le plus vivant de ma première partie est la rencontre avec la reine Rachni et surtout Liara, une alien archéologue décousue à mon goût. Je me rappelle avoir trouvé l'entière expérience de jeu étrange et exaltante, mais j'avais trop de livres d’archéologie à lire et je ne pouvais pas vraiment vivre le jeu.

On avance à janvier 2010. Je vivais en Angleterre, fiancée à Graham, et étudiant pour mon master à l'University College London après avoir fièrement refusé une place à Oxford. Mon identité en tant qu’académiste, spécialement historien/anthropologue archéologue, se déployait parfaitement.

Un jour, ma meilleure amie Holly nous parlait sur Skype, remerciant Graham de lui avoir recommandé Mass Effect 2. Elle m'a dit qu'un des personnages du lui avait fait pensé à moi : Miranda Lawson.

Je n'avais pas eu la chance de jouer à ME2 et de rencontrer Miranda de moi même avant que je revienne chez moi pour l'été pour ma recherche de dissertation. Dès que j'ai commencé à jouer, j'ai échangé mon intérêt pour le de vol de tombe, la mort et une place à London's St. Pancras Church à une fan de jeux-vidéo, au cosplay, et une place à la Comic Con. J'en suis venu de scruter des objets trouvés plusieurs mètres sous terres, à suivre mon amie qui avait créée des costumes de personnages de jeux vidéo en utilisant des objets dans son garage. Mass Effect a totalement restructuré notre amitié, alors que nous sommes devenues le Commandant et XO ou Shepard et Miranda, et je me suis moi même complètement immergée dans le monde des geeks.

Le travail que j'ai fait, les personnes que j'ai rencontrées, et le monde que j'ai expérimenté a changé à jamais ma perception de qui je suis et qui je voulais être. J'ai décidé d'oublier ce doctorat pour, à la place, explorer en détail ce monde de fantaisie et de science-fiction.

Après un an d'interactions avec Bioware aux conventions et sur les médias sociaux, j’étais une véritable fan-girl.

Je me souviens encore l'image de moi, sautant de joie en criant alors qu'Aaryn Flynn m'avait invité à visiter le studio la prochaine fois que je serais à Edmonton. Et je me rappelle encore renverser mon verre en découvrant que Patrick Weekes était un de mes followers sur Twitter. Le fandom est vraiment devenu une part de moi même et j'étais une nerd, même si je ne m'appelais pas moi-même comme tel.

Lors de l'été 2011, après une série de au bon moment/au bon endroit moments, je me suis retrouvé à passer un entretien en tant que Community et Social Manager pour l'équipe qui faisait le marketing de Mass Effect 3. Avec le jeu quasiment fini, j'ai démarré une nouvelle étape de ma vie quelque part entre les fans et les développeurs. Aussi dur que j'ai travaillé pour obtenir un diplôme à l'école, je n'étais pas vraiment préparée à l'immense effort nécessaire lors du "crunch". Mais les jours mornes et les après-midi sans but valaient largement le coup de par les gens qui m'entouraient et de la fantastique trilogie dont je faisais maintenant partie.

Bien que je déteste l'avion, mes voyages à Edmonton sont toujours les plus beaux moments de mon boulot. C'est un plaisir d'être la bienvenu dans la vie des développeurs hardis à la tache de tous les niveau et de tous les départements. J'ai eu de merveilleuses discussions philosophiques avec Casey dans son bureau, m'étonnant de nouveaux rebondissements dans l’écriture, et j'ai rencontré des femmes parmi les plus "kickass" de celles qui marchent sur Terres (vous savez qui vous êtes, femmes de Bioware).

Les mois qui ont mené la route de la sortie de ME3 à aujourd'hui n'a pas été facile. Alors que j’écris ça, je suis désespérément en train d'essayer de charger mon ordinateur portable sur une prise de courant d'un aéroport, juste à côté d'une odorante poubelle alors que je suis en route pour Edmonton. Mais la plupart des choses qui valent le coup ne sont pas simples à faire.

En addition aux extraordinaires personnes du studio, je suis fière de dire que j'ai rencontré des fans de Mass Effect de partout sur le globe et j'ai beaucoup appris au sujet de leurs préférences et de leurs espoirs sur n'importe quel aspect du jeu. C'est magnifique de voir tellement de personnes diverses et passionnées, venant toutes ensembles, n'ayant rien en commun si ce n'est leur amour pour la série. Je suis une privilégiée de pouvoir aider à faire remonter leurs réactions et espérances au sujet des prochains jeux aux studios de Bioware à Edmonton et à Montréal.

Pour moi, Mass Effect a été une expérience profonde, et qui a réellement changé ma vie. Graham et moi nous nous sommes récemment mariés, mais je traîne souvent auprès de Garrus - et aussi Liara, Traynor, ou James Vega, cela dépend de ma partie. Je suis désormais dans un tout nouveau rôle de Community Team, dans le département de développement Online, où, réellement, j'en viens petit à petit à devenir une anthropologue pratiquant chaque jour.

Je ne pense pas pouvoir un jour réussir à exprimer combien la trilogie compte pour moi en tant que fan ; mais j'ai fini par réaliser, après avoir travaillé de si près avec eux, qu'ils le savent déjà et ressentent la même chose. Je vois tellement de mon propre travail dans des contenus comme l'Extended Cut ou encore Citadelle, et je commence simplement à comprendre la profonde connexion entre ceux dans les studios pour la franchise.

La trilogie Mass Effect est finie et l'histoire de Shepard est terminée. Mais cela vit encore pour moi dans mes amitiés, mon expérience de la vie, et de mes épiques sauvegardes de jeux dont je ne me débarrasserai jamais.

"Mais tout ceci nous a mené à ce moment...Rends moi fier. Rends toi fier."


Jessica Merizan
Commentaires
Howely - 27/04/2013 13:45
j'ai quand même la désagréable sensation qu'ils parlent tous d'une série terminée. (d'ailleurs ce sont ses mots "trilogie ME terminée")
Je comprends pas pourquoi parler de ME en nostalgie (la nostalgie normalement c'est pour shepard) alors qu'ils vont lancer un nouveau jeu. Sinon que ce nouveau jeu n'aura rien a voir avec ce qu'on a connu et qu'il partira dans autre chose
Poster un commentaire