Paragon Lost - La critique

Mass Effect Saga

 

Mass Effect : Paragon Lost est produit par BioWare, FUNimation, T.O Entertainment et Production I.G. La réalisation a été confiée à Atsushi Takeuchi et le scénario est signé Henry Gilroy. Mass Effect : Paragon Lost est sorti le 17 décembre en format dématérialisé sur le Xbox Live, le PSN et Itunes ; et en format Blue Ray/DVD le 28 décembre au USA et le 13 mars en France.

La conception du film a débuté en parallèle du développement de Mass Effect 3. Le jeu introduisait un nouveau personnage : James Vega ; et les développeurs souhaitaient approfondir le background de ce personnage. La collaboration entre Bioware et FUNimation étant au beaufixe après la sortie de Dragon Age : Dawn of the Seeker, ils ont alors décidé de travailler ensemble une nouvelle fois pour faire un film d'animation Mass Effect. La visée du film consistait à présenter et à développer le personnage de James Vega, en racontant son passé et en explorant son background afin de lui donner autant de matière que les autres coéquipiers présents depuis le premier opus. Le scénario du film a été écrit en parallèle du scénario de Mass Effect 3 et en étroite collaboration avec Bioware, ce qui permet une continuité narrative et d'éviter les incohérences, même si Mass Effect : Paragon Lost en présente certaines.

Dès l'annonce du développement du film, Mass Effect : Paragon Lost a fait grand bruit dans la communauté pour deux principales raisons : le style manga qui ne se prête pas à l'univers Mass Effect et le choix de centrer le film sur le personnage de Vega, pas vraiment le coéquipier le plus apprécié.

Certainement conscients que les fans attendaient le studio au tournant, FUNimation a misé sur la campagne marketing du film, proposant à la communauté toujours plus d'extraits, d'interviews, de bonus exclusifs pour faire patienter jusqu'à la sortie du film (initialement prévue en octobre et repoussée à fin décembre). Cependant, les extraits vidéo, loin de faire languir les fans, les ont alarmés du fait du design primaire et de l'animation brouillon.

A l'occasion de la sortie en version DVD et Blue Ray, Mass Effect Saga vous propose la critique du film. Mass Effect : Paragon Lost tient-il ses promesses ou est-ce la déception attendue des fans ?




Résumé
L'action se passe à Felh Prime, une colonie humaine située dans le Système Terminus. Les événements se déroulent peu après la destruction du Normandy par le vaisseau Récolteurs dans Mass Effect 2, le commandant Shepard est déclaré(e) mort(e). Petit détail très appréciable : ils citent plusieurs fois Shepard dans le film, mais toujours de manière indéfini, ainsi le commandant peut à la fois être une Female Shepard ou un Male Shepard.

Le film démarre sur une scène où Vega et son équipe, dirigée par le capitaine Toni, débarquent sur la colonie humaine Felh Prime pour s'occuper des Berserkers, d'une équipe de mercenaire dirigés par deux Krogans. Après leur victoire, nos protagonistes sont assignés à contre-coeur à la protection de la colonie par les Amiraux Hackett et Anderson.

Après une ellipse de deux ans, on retrouve Vega et son escouade affairé a installé un canon de protection. Ils ont vécu sans incidents pendant 2 ans sur la colonie et sont bien intégrés parmi les colons. Parmi eux se trouvent également une Asari, le Dr Treeya Nuwani, venue sur la colonie pour mener des recherches sur des artefacts prothéens. Vega a un faible pour cette archéologue hautaine à la peau bleue.

Peu après, le capitaine Toni informe Vega qu'un signal anormal a été identifié secteur 9, prêt des ruines prothéennes. Il envoie Vega et son équipe en mission de reconnaissance. Le Dr Nuwani se joint au voyage car elle veut être sûr de préserver son site de fouille. Ils trouvent rapidement l'origine du signal : une balise d'origine inconnue qui brouille le système. Après la destruction de la balise, l'équipe suit Treeya qui tente d'analyser l'origine de cette balise grâce à la ruine prothéenne. Sur place, elle contacte son mentor, le Dr Liara T'Soni, qui l'informe que cette balise n'est pas prothéenne. Leur communication est coupée par l'arrivée d'un vaisseau extra-terrestre : les Récolteurs.

Le temps que Vega et ses hommes retournent à la colonie, les Récolteurs ont déjà pris possession des lieux, en paralysant et en enlevant les colons. Le capitaine Toni fait parti des hommes enlevés, de fait, Vega prend le commandement de son escouade. Il va alors devoir choisir comment procéder pour venir à bout des Récolteurs et sauver les colons...

Nous sommes à un peu moins de la moitié du film à cette période, et pour ne pas vous spoiler je ne vous raconterais pas la fin, mais c'est véritablement à ce moment que Paragon Lost prend toute son ampleur dans l'action, le drame et la tragédie.




Critique
Après deux visionnages, j'ai toujours un avis assez mitigé sur ce film. Dans le fond, le film est bon, le scénario est pas trop mal ficelé, il est cohérent avec l'univers (sauf l'épilogue où l'on voit Vega à la tête d'une unité N7... mouais, dans le jeu il reçoit son avis d'intégration le jour de la destruction de Vancouver) ; et surtout on est face à un de ces fameux choix moraux qui ont fait la popularité de la saga Mass Effect. Le film ayant été réalisé par un studio japonais, il n'échappera pas à certains clichés japoniais : la petite fille fan du héros, le héros tout penaud devant sa belle, le « méchant » qu'on voit arriver à 10 kilomètres avec son look de loser, et la fin tellement stéréotypée...
Malgré tout, le film fait son effet. Les personnages sont attachants, si l'on excepte Treeya qui bat tous les records de stupidité et de niaiserie Asari et de la japanimation. On suit Vega et son escouade dans leur combat contre les Récolteurs. L'aspect dramatique croît au fur et à mesure du film, on assiste impuissant à la décimation de l'entourage de Vega, et le dramatisme culmine avec le choix final, le fameux Paragon Lost.

Dans la forme... c'est infecte. Le design est affreux, l'animation est saccadée (la palme allant probablement aux effets de ralentis), et le pire est sûrement les animations 3D qui sont à gerber... Impensable pour un film issu d'une franchise de jeux vidéo, et pourtant, les plans 3D du Mako ou du Kodiak sont abjects, on dirait une animation flash des années 2000. On peine à croire qu'on est en 2012 et que c'est le même studio qui a réalisé Dawn of the Seeker et quelques cinématiques de GITS...

La médiocrité de l'aspect visuel et graphique est vraiment dommageable, car Paragon Lost avait les outils pour être un film excellent : un bon scénario, un rythme soutenu, un OST agréable et des doublages de qualité. On retrouve avec plaisir Freddie Prince Jr dans le rôle de James Vega, il continue à donner vie au Marine. Les autres doubleurs s'en tirent également avec les honneurs, sauf les doubleurs de Liara, Hackett et Anderson qui ne sont pas les voix originales et fait grincer des dents. A ce propos, je craignais que ces caméos soient inutiles et soient uniquement là pour faire plaisir aux fans, mais finalement leurs interventions s'intègrent bien dans l'histoire et passent fluidement.

En conclusion, il est difficile de donner un avis objectif sur Mass Effect : Paragon Lost. Le film a  de gros défauts mais aussi beaucoup de qualité ; il est intéressant sans être incontournable pour l'univers.
Pour ma part, le film m'a rebuté graphiquement, mais malgré ça, j'ai été vite happée par l'histoire et je n'ai plus fait attention à l'animation. J'ai passé un agréable moment à suivre les aventures de Vega, le scénario se tient et est cohérent, l'humour et le drame sont présents, la musique est plaisantee, l'ending d'Anix fait son effet et les doublages sont de qualité.

Ainsi, je dirais que si vous arrivez à outrepasser le character design et les défauts d'animation, vous passerez un excellent moment à regarder Paragon Lost. Mais bon, c'est quand même dommage pour un film d'animation de devoir le regarder sans prêter attention au visuel...