[Omega] Le test de TheMetroidPrime

Mass Effect Saga

TheMetroidPrime - Mardi 27 Novembre 2012 à 18h42 - 9 commentaires - News
image


Salut à tous !

C'est à chaud, après avoir terminé le DLC Omega que je vous livre mon opinion sur l'engin. Rassurez-vous, il n'y aura (presque) pas de spoil !

Préalablement, je précise que je joue sur Xbox 360, que j'ai déjà fini ME3 plusieurs fois, que j'ai fini le DLC Leviathan et que je reprends ma partie juste avant l'attaque de la Station Cronos.

Commençons donc par le commencement. Comme tout les DLC dans Mass Effect, Omega commence par un mail dont la réception ne manque pas d'alerter l'attention de la spécialiste Traynor. C'est donc en faisant les deux pas de la carte galactique vers mon laptop du futur que je plonge mon regard dans un mail d'Aria qui m'annonce que ses préparations sont terminées et qu'il est temps pour moi d'aller la voir sur la Citadelle. Je m'exécute.

Aria nous reçois de manière relativement courtoise et nous explique son subtil plan : Envoyer flotte Aria taper vilain Cerberus très fort et puis poser fessier dans Afterlife. Elle précise qu'elle ne veut pas du Normandy dans l'histoire, donc on laisse notre bolide (et tout vos compagnons) au profit d'une place dans l'un des vaisseaux de la flotte d'Aria qui attend sagement non loin de la Citadelle. S'en suit une baston spatiale qui débouche sur notre débarquement forcé sur Omega, en compagnie d'Aria qui fera partie de votre pour la plus grande partie du DLC.

C'est là que commence l'activité qui va nous occuper 85% du temps : Fritter les sbires de l'Homme Trouble. Les 15% du temps restant comprennent les dialogues et les phases de combat contre les Adjudants dont je reparlerai plus tard. C'est ici que l'on rencontre le gros défaut de ce DLC : La répétitivité. On va passer son temps à alterner entre une phase de dialogue de type "On va là, on trouve/tue/détruit ça, on revient" à de longues phases de combat contre toujours plus de vagues de troufions en armure blanche cherchant à protéger leur chef, le général Oleg Petrovsky.

Heureusement que dans le lot, on nous sert une nouveauté : Le Meca Rempart. Pour faire simple, munissez-vous d'un bon gros fusil à pompe, car ces Mecas, en plus d'être résistants et d'avoir d'étonnantes capacités, vont tenter sans relâche de vous planter leur Omni-lame dans le mou. C'est à peu près l'unique comportement que leur IA permet. Et si ça ne suffit pas pour vous mettre au tapis, ces Mecas vous laissent un beau cadeau post-mortem dont je ne dirai rien. Ne vous fiez donc pas à leur face de Meca Loki, car ils n'ont plus grand chose en commun avec les boites de conserve de Mass Effect 2.

Autre ennemi aussi nouveau que teigneux, l'Adjudant vous en fera aussi voir des vertes et des pas mures. Leurs capacités et leur résistance font penser au fait que ces trucs pourraient être le fruit de l'union d'une Furie et d'une Brute.
Mais malgré leur dangerosité, leur présence sur le champ de bataille rend la baston d'autant plus intéressante, ainsi que le scénario du DLC. En effet, ces derniers ont un effet prononcé sur l'attitude de la fameuse femelle Turienne, nommée Nyreen Kandros.

Venons-en, à la demoiselle de Palaven ! Dans un premier temps très énigmatique, on apprend assez rapidement l'histoire de ce personnage qui fera aussi partie de votre commando pour une bonne partie du DLC. Comme on s'y attend, cette femme est loin d'être une inconnue au regard d'Aria et cela influencera la plupart des dialogues du DLC, où, globalement, vous jouerez le rôle d'arbitre entre une Aria - propre à elle-même - et une Nyreen beaucoup plus soucieuse du bien commun et aux fondement moraux beaucoup plus solides.

Mais malgré la découverte du Beau Sexe Turien, le DLC Omega reste très vide en contenu Role Play en comparaison avec ce que l'on pouvait avoir dans Mass Effect 2. Certes on retrouve quelques rares éléments qui font sourire, comme la sollicitation d'un marchant déjà connu par le passé ou encore un taré ayant réussi à réunir plus de fidèle que ce à quoi on pouvait s'attendre, mais globalement, l'esprit d'Omega était absent. Non pas le level design, qui est lui très réussi et qui nous offre de très beaux panoramas de la station, mais l'ambiance chaotique et criminogène qui elle ne se faisait vraiment pas ressentir. C'est limite si les gangsters Krogans ne vous sourient pas quand vous les croisez.

La fin du DLC était assez représentative de mon état d'esprit au même moment. Car après avoir botté le cul à Cerberus, Aria fait un petit discours de la victoire qui, visiblement, ne convainc personne. En effet, la guerre que le fameux peuple d'Omega venait de gagner avait l'air d'avoir eu autant d'impact sur leur esprit que la composition de leur petit déjeuner de la veille. Et bien c'était un peu mon impression. Car en effet, ce DLC ne m'a pas vraiment apporté ce que je pouvait attendre du "plus gros DLC développé pour Mass Effect". Malgré les points positifs tels que les nouveaux vilains, les quelques références à Mass Effect 2 et la jolie madame Turienne, je n'ai pas vraiment été transporté comme j'ai pu l'être dans le DLC Léviathan. A part la femelle Turienne, rien n'est venu enrichir l'univers Mass Effect, et c'est fort dommage, car c'est un peu gâcher le potentiel énorme que représente Omega, d'autant plus que 1200 Points Microsoft pour de l'action condensée, ça fait un peu mal.

Voilà donc la fin de ce test. Vous l'aurez compris, Omega ne pas pas entièrement convaincu, même si j'ai fort apprécié certains éléments. Mais la meilleure façon de juger ce DLC, c'est d'y jouer vous-même, ce que je vous invite néanmoins à faire !


Ma note : 11/20
Commentaires
Sacrifars - 27/11/2012 18:59
Encore un peu plus d'une heure et je pourrais enfin y jouer :3. En tous cas merci du test TMP.
Paul-Henri - 27/11/2012 19:51
Ok, je vais prendre le temps de re-terminer mass effect 2 ( j'ai effacé la sauvegarde dans laquelle j'avais la romance avec Kelly Chambers... ) et je recommencerai ME3 quand il sera complet.

Si leur gros DLC ne sont pas " indispensables ", ça attendra  :(
Beaucoup de bruit pour un truc sympa, sans plus....

Et en plus si on peut pas romancer ni Aria, ni la Turienne...  >:(
Natsumi - 27/11/2012 20:36
Ca dépend vraiment des goûts et des couleurs, car je n'ai pas du tout le même avis que toi.
Après, adorant Aria et Omega, je ne suis peut-être pas très impartiale non plus.

{spoiler}La répétitivité je ne l'ai pas senti, au contraire j'ai apprécié alterner les combats : je trouve que les missions et les environnements sont suffisamment variés pour ne pas tourner en rond comme toi tu l'as senti. Botter les fesses à quelques hommes de Cerberus au début c'est pas pareil que de fracasser des Méca Rempart chez les Serres ou des adjutants dans la mine.

Après il est vrai que Aria aurait pu élaborer un plan plus aboutit que : on arrive et on dégomme tout, mais c'est aussi dans sa nature de foncer et de réfléchir après. Pour ma part, j'ai bien aimé voir la Reine Pirate perdre son masque et son sang froid à plusieurs reprises. Omega c'est SA station, et elle est prête à tout pour la reprendre. En parlant de prêt à tout, je serais curieuse de savoir ce que des choix différents des miens donnent au final :{spoiler}quand tu as désactivé les champs de force, tu as choisi de tuer ou de sauver les civils ? Moi je les ai tué, et la musique qui a suivie m'a tuée aussi...{/spoiler}


Ensuite, je n'ai pas non plus eu l'impression de jouer l'arbitre entre Aria et Nyreen. Au contraire, même si elles ont des points de vue radicalement différents, j'ai trouvé qu'elles se complétaient bien et qu'elles se respectaient mutuellement, malgré une pointe de méfiance toujours présente chez des femmes qui connaissent la trahison.

Bref, moi j'ai surkiffé ce DLC, c'était vraiment ce à quoi je m'attendais : de l'action, des grandes gueules, du charisme, des rebondissements et retournements de situation, et surtout des choix badass !{/spoiler}



Modération par TMP : Mon test est exempt de spoils pour ceux qui n'y ont pas joué, donc évitons les spoilers dans les commentaires :)
TheMetroidPrime - 27/11/2012 21:19
{spoiler}

{quote author=Natsumi link=topic=1050.msg13438#msg13438 date=1354048576}

La répétitivité je ne l'ai pas senti, au contraire j'ai apprécié alterner les combats : je trouve que les missions et les environnements sont suffisamment variés pour ne pas tourner en rond comme toi tu l'as senti. Botter les fesses à quelques hommes de Cerberus au début c'est pas pareil que de fracasser des Méca Rempart chez les Serres ou des adjutants dans la mine.

Le seul environnement qui change, c'est celui de la mine. Et puis quand je parle de répétitivité, je parle des scènes d'actions en général. J'ai vraiment eu l'impression de devoir aller bastonner toujours exactement de la même manière (une vague troufions, une vague Mecas) dans des directions différentes. C'est bien la raison pour laquelle j'ai bien aimé voir les Adjudants, je me suis dit "enfin autre chose".


Après il est vrai que Aria aurait pu élaborer un plan plus aboutit que : on arrive et on dégomme tout, mais c'est aussi dans sa nature de foncer et de réfléchir après.

Non. Dans ME2, on remarque clairement qu'elle s'est intelligemment emparé d'Omega des les mains de Patriarche. Foncer dans le tas, ça va pour le combat au sol, mais pas pour une guerre.


En parlant de prêt à tout, je serais curieuse de savoir ce que des choix différents des miens donnent au final : }quand tu as désactivé les champs de force, tu as choisi de tuer ou de sauver les civils ? Moi je les ai tué, et la musique qui a suivie m'a tuée aussi...


J'ai toujours fait les choix conciliants. J'ai sauvé les civils, ce qui était visiblement le bon choix puisqu'il y a aucune mauvaise conséquence à part Aria qui se chie dessus pendant que tu détourne le courrant.


Ensuite, je n'ai pas non plus eu l'impression de jouer l'arbitre entre Aria et Nyreen. Au contraire, même si elles ont des points de vue radicalement différents, j'ai trouvé qu'elles se complétaient bien et qu'elles se respectaient mutuellement, malgré une pointe de méfiance toujours présente chez des femmes qui connaissent la trahison.


C'est justement pour ça que je dis que Shep joue l'arbitre, et pas le juge. On passe notre temps à faire la part des choses entre les propositions d'Aria et de Nyreen. D'ailleurs, à force de faire des choix conciliants, Aria admet elle-même que Shep l'a influencé et elle laisse à Oleg la vie sauve de son propre chef.


Bref, moi j'ai surkiffé ce DLC, c'était vraiment ce à quoi je m'attendais : de l'action, des grandes gueules, du charisme, des rebondissements et retournements de situation, et surtout des choix badass !


De l'action, oui, trop, tout le temps. Des grandes gueules, je suis pour quand ça va bien dans le contexte. Quand c'est Wrex qui hurle que Tutchanka est son caillou, j'y crois 100X plus que quand c'est Aria que dit qu'Omega est à elle après avoir fait craché lamentablement son vaisseau quoi. Aria c'est pas un Krogan, on l'avait compris dans ME2, et pourtant... Oleg aussi avait du charisme, perdu en 5 secondes quand il se chie dessus en se rendant.

Le charisme, oui, Nyreen en avait ! Et moi qui m'attendait à devenir une sorte de bras droit d'Aria, et ben... Kedal, un supo et au lit quoi. Aria reprend le contrôle, non non rien a changé. Par contre, je me demande où tu va chercher les rebondissements et les retournements de situation. C'est du couloir prévisible tout le long.
Baston dans l'espace -> Débarquement réussi -> Prise de position réussie -> Raliement des Serres réussi -> Désactivation des boucliers réussi -> Poutrage de Oleg réussi.

Absolument rien d'imprévu. On aurait pu croire qu'on en apprendrait bien plus sur Cerberus et leurs activités chez les Récolteurs, et ben non.

{/spoiler}
Soran - 28/11/2012 0:24
{spoiler}J'adore Aria, j'ai adoré me balader dans Omega avec Mass Effect 2 ... Mais là ... Bioware vient de nous pondre une énorme merde à 12€. C'est vide, y a pas d'histoire, on parle rapidement avec la turienne en tête à tête, Aria nous balance quelques mots durant les phases d'exploration. Et voila !

Trois petites missions secondaires, et après ? Bah ... le vide, le néant ... on peu pas se rendre sur la nébuleuse d'Omega, donc pas de station Omega, ni de nouvelles planètes à explorer, ni de petite mission ou d'info croustillante comme avec le "Courtier de l'ombre".

Mais bon, ce DLC n'est pas que remplie de mauvaise chose. L'ambiance est prenante lors de certains passages, je pense notamment quand on est plongé dans le noir, avec le bruit des Adjdants et la seule lumière de l'arme ... très flippant. En parlant de nouvelle ennemie, les mécha "Rempart" me font beaucoup penser au "Orcus" de ME:I, des ennemies plutot faible, mais avec un petit effet secondaire qui peu surprendre au départ ... un peu comme avec le "caca" des exterminateurs !

____

Après, il y avait certains bug d'animation lors des cut scene, ce qui pouvait gacher quelques peu lors de certaines phases ... mais il faut faire avec :/{/spoiler}


Fin bref, je pense que vous aurez compris, j'en suis ressorti très déçu, mais ce n'est pas pour autant que je boicoterais le prochain DLC.

Sur ce, bonne soirée à tous et à toutes, et à bientôt pour de nouvelles aventures !
Genetic Noose - 28/11/2012 1:33
Mince, j'y ai pas encore joué et me voilà un peu refroidi par les impressions de certain. Flûte quand même, ça sentait plutôt bon au début, j'étais persuadé qu'ils avaient réussi à exploiter le potentiel qu'offrait Oméga... Je suis déjà déçu du coup.
Poster un commentaire