Mass Effect : Foundation #08

Mass Effect Saga

Natsumi - Lundi 12 Mai 2014 à 18h47 - 0 commentaire -

Mass Effect : Foundation #8 est paru le 26 février 2014 chez Dark Horse Comics pour 3,99$. Contrairement à ce que la couverture pourrait nous laisser penser, le tome se centre sur le personnage de Rasa. Après l'échec de sa dernière mission, elle se voit offrir un chance de se racheter auprès de Cerbeurs... Une mission au cours de laquelle elle croisera très brièvement le chemin de Thane Krios.

On retrouve encore une fois la fine équipe habituelle avec : Mac Walters au scénario, Michael Atiyeh au pinceau et Benjamin Carré à la couverture. Pour les dessins, Tony Parker est de retour.

 

Résumé intégral : 

Mass Effect Foundation 8Le comic s'ouvre sur la suite directe du tome précédent : après avoir échoué à capturer le Sujet Zéro, Kai Leng et Rasa rentrent bredouilles. Durant le trajet, ils contactent l'Homme Trouble pour un debriefing de la mission, et ce dernier est fort peu satisfait du résultat.

Après s'être fait réprimandé, Kai Leng boude dans son coin comme un sale morveux -qu'il est-. Alors que Rasa tente de minimiser sa colère en le rassurant, ce dernier réagit comme un adolescent en pleine crise existentielle, se victimise totalement en accusanr Rasa de se délecter de son échec.

Un ellipse nous entraîne ensuite au sein d'une base de Cerberus, où Miranda Lawson accueille les deux compères. L'Homme Trouble veut s'entretenir expressément avec Kai Leng, et elle-même doit discuter avec Rasa. Alors que les deux prennent des directions opposées, Kai Leng finit de s'enterrer lui-même en menaçant Rasa : elle a intérêt à ce qu'ils ne soient plus jamais envoyés en mission ensemble ou ça va mal tourner pour elle.

Rasa passe ensuite une aile très sécurisée de la base pour rejoindre Miranda qui travaille sur un certain projet Lazare. C'est un des secrets des mieux gardés de Cerberus. Miranda insiste sur la confiance que l'Homme Trouble place en Rasa pour la laisse intégrer le projet Lazare. Lawson explique également que les données récoltées par Rasa sur les coéquipiers du Commandant Shepard sont des informations précieuses pour l'aboutissement du projet.

Finalement, Miranda lui dévoile un incubateur contenant un corps en développement tissulaire : le Commandant Shepard. Rasa s'émerveille et s'étonne de comment Cerberus à réussit à restaurer le cadavre du Commandant aussi rapidement. Miranda lui répond que la créature est en réalité un clone.

Miranda lui résume ensuite la complexité de la reconstruction de Shepard, et toutes les informations dont ils disposent sur le Commandant. Cerberus a besoin de toutes les informations possibles sur Shepard, car, en dépit de la réussite du clone, l'Homme Trouble veut le véritable Commandant. Miranda doit ainsi tout savoir sur sa vie et de sa personnalité.

C'est là que Rasa entre en jeu : Miranda a besoin que Rasa vole les dossiers confidentiels de Shepard détenus aux bureaux des Spectres, sur la Citadelle. Seulement, infiltrer les archives des bureaux des Spectres n'est pas une mince affaire. Miranda a un plan et a déjà tout organisé. Elle donne à Rasa un disque contenant des données hautement confidentielles sur Cerberus -oui, en 2085, les humains utilisent toujours des CD-RW...-. Rasa devra apporter ce disque à un Spectre précis, qui pourra la faire entrer dans les bureaux des Spectres. Une fois à l'intérieur, Rasa devra se débrouiller pour extraire les données.

Quelques jours plus tard, Rasa, grimée avec une perruque blonde, se rend à la rencontre du fameux Spectre. C'est avec une grande surprise et un certain plaisir que le lecteur réalisé que le Spectre est en réalité Tela Vasir, du DLC le Courtier de l'Ombre. Fidèle à elle-même, Vasir va droit au but et veut les données immédiatement. Rasa réplique que faire la transaction en plein Présidium n'est pas sûr. Vasir la conduit alors en sécurité dans les bureaux des Spectres.

Alors que Rasa joue l'informatrice angoissée par le sort que Cerberus lui réserve s'ils apprennent sa trahison, Vasir lui arrache le disque pour vérifier si Rasa dit vrai et si elle ne lui fait pas perdre son temps, la laissant quelques secondes seule dans les bureaux. Rasa profite qu'elle ait le dos tourné pour se ruer sur un ordinateur et télécharger les données sur Shepard.

Or, l'arroseur s'est bien fait arroser : Vasir revient à ce moment précis avec des gardes du SSC. Elle savait que les informations étaient bidons que ce ça n'était juste qu'une couverture pour infiltrer le bureau des spectres. Vasir veut savoir pourquoi Cerberus tient tellement à récupérer des données sur un Spectre décédé. Rasa répond intelligemment qu'elle est uniquement payée pour récupérer et rétribuer les données, et qu'elle n'a aucune idée de pourquoi l'Homme Trouble les veut. Ce dernier est trop intelligent pour envoyer quelqu'un qui connaîtrait les tenant et aboutissant de ses plans.

Vasir lui offre alors un choix : Rasa peut finir ses jours en prisons, ou bien elle peut devenir son agent double contre Cerberus. Rasa n'en croit pas ses oreilles : Vasir devrait savoir qu'elle ne peut lui faire confiance et la relâcher. Mais Vasir a tout prévu : elle est un Spectre, a son ADN et ses empreintes : elle peut faire en sorte que Rasa ne puisse bouger le petit doigt sans se faire arrêter aux quatre coins de la galaxie.

Vasir veut savoir ce que Cerberus trafique, et elle est prête à donner les informations sur Shepard a Rasa, en échange de sa collaboration. Mais dans ces informations, Vasir a glissé un virus qui lui permettra d'avoir accès à toutes les données de Cerberus. Si le virus ne fonctionne pas, Vasir saura que Rasa l'a trahie et a prévenu Cerberus, et elle deviendra la cible n°1 dans toute la galaxie.

Une ellipse nous entraîne ensuite dans un bar bondée de la Citadelle. Rasa est entrain de noyer son chagrin dans l'alcool. Le barman lui sert un verre offert par un inconnu qui la trouve à son goût. Rasa boit le verre cul sec, avant de réaliser qu'il y a de la drogue au fond de son verre. Alors qu'elle tente de s'enfuir du bar et de se mettre en sécurité avant que la drogue ne fasse effet, elle finit par s'écrouler en plein Présidium, complètement défoncée. Un officier Turien du SSC la découvre au sol et la réprimande d'avoir trop bu. Alors qu'il lui fait un leçon de moral, un sauveur anonyme prétexte qu'elle est avec lui et la récupère. Dans les limbes de sa conscience, Rasa perçoit que des brides de dialogues et des ombres. Mais nous, lecteurs, nous découvrons qu'il s'agit de Thane.

Ce dernier l'entraîne alors dans une ruelle reculée et s'apprête à l'assassiner. A moitié délirante, Rasa explique que ça ne peut s'achever ainsi car elle n'a jamais vécu sa propre vie. Thane la croit, et croit qu'il a mal été informée sur son compte, car il ne perçoit pas le meurtre dans son âme. Il s'excuse du mal dans laquelle il l'a plongée. Il prit ensuite la déesse Kalahira de la guider dans l'obscurité et de lui montrer comment vivre sa vie. -Un Thane fidèle à lui-même, hyper classe et philosophique-.

Quelques jours plus tard, Rasa finit par émerger de sa torpeur dans une station de Cerberus. Miranda est à ses cotés, avec une armée de médecins qui s'occupe d'elle. Miranda la félicite pour le travail accompli et récupère le disque de données. Toujours à moitié drogué, Rasa tente de la prévenir des risques du disque, mais Miranda la rassure fermement : elle se charge de tout à partir de maintenant, et Rasa doit prendre du repos.

Le comic s'achève dans la station Cronos, où Miranda a rejoint l'Homme Trouble. Lawson l'informe qu'ils ont pu récupérer la majorité des données sur Shepard, à l'exception de quelques fragments d'informations qui ont été corrompus quand le virus a tenter de s'activer. Miranda a même trouvé des crédits pour renflouer le projet Lazare.

L'Homme Trouble insiste sur le fait que le projet Lazare doit être un succès : le clone n'est plus une priorité et il faut se concentrer sur le véritable Shepard. Miranda interroge ensuite l'Homme Trouble au sujet de la tentative d'assassinat de Rasa. Très peu troublé, l'Homme Trouble écrase théâtralement son mégot, boit une gorgé de whisky, et réplique que Rasa survivra. Miranda s'inquiète car sa couverture est foutue, ce n'est plus qu'une question de temps avant que Vasir active la traque contre Rasa.

Un sourire en coin, l'Homme Trouble déclare qu'il a des projets pour Rasa. Alors qu'il pianote sur un écran on voit s'afficher les visages de Jack, Kasumi, Wrex, Zaeed... Shepard aura besoin d'une équipe, et il ne veut que le meilleur pour le Commandant. Fin.

 

Critique : 

Après des tomes toujours plus médiocres, j'appréhendais Foundation #8 avec une véritable indifférence. Et pourtant... Ce tome m'a vraiment agréablement surprise à la lecture : je l'ai trouvé excellent !

Niveau scénario, Mac Walters nous prouve enfin que quand il veut, il peut. Le scénario est bien tourné, les personnages sont bien représentés, les actions et réactions sont intelligentes et profondes. On sent qu'il y a eu une réelle réflexion dans la mise en scène du tome, et surtout pour faire du lien entre le personnage de Rasa et les tomes précédents.

Car ici, malgré ce que peut laisser penser la couverture, ça n'est pas Thane le héros du comic mais bien Rasa. Pour la première fois en 7 tomes, Walters développe un peu plus son personnage, et elle nous apparaît enfin comme un personnage à part entière et non pas comme un caméo inutile que l'auteur s'entête à nous recracher à chaque tome. De plus, le fait que que Rasa ait croisé la route d'autant de coéquipiers de Shepard prend sens car ces différentes missions visaient à préparer le projet Lazare.

Niveau esthétique, après un affreux tome 7 signé Garry Brown, c'est avec plaisir que l'on retrouve Tony Parker. Ce dernier a fait des progrès remarquables, il a dû bien potasser l'univers depuis le tome 4, centré sur Kaidan. Les personnages sont très ressemblants, et on sent qu'il s'est attardé sur les codes esthétiques de l'univers, visuellement c'est un vrai régal.

Mais... Il y a un mais. A la deuxième lecture de ce tome, un détail m'a quelque peu chiffonné. Dans ce comic, Miranda est en charge du projet Lazare, tout comme dans le jeu. Et elle connaît totalement la présence d'un clone du Commandant. Or, -je suis allée vérifier- dans le DLC Citadelle, lorsque Shepard demande à Miranda si elle était au courant pour son clone, elle répond qu'elle n'avait entendu que des rumeurs, rien qui avait retenu son attention.

Alors pourquoi ? Dans ce tome, on nous explique que le clone est une partie intégrante du projet Lazare et que Miranda est totalement consciente de son existence. Pourquoi mentirait-elle dans le DLC Citadelle en disant à Shepard qu'elle n'avait entendu que de vagues rumeurs auxquelles elle n'avait pas prêté attention ? Miranda n'a aucune raison de mentir à Shepard à ce moment précis.

La seule explication que je vois est que Mac Walters a du zapper cette ligne de dialogue. Et paf, ça fait une énorme incohérence qui vient plomber le meilleur tome de la série Foundation jusqu'ici.

 

Par Natsumi 

Commentaires
Aucun commentaire Poster un commentaire