La théorie de l'énergie noire

Mass Effect Saga

Introduction :   

Salut à vous noble compagnie ! Vous m'attendiez ? Non ? Et bien tant pis. En ce début d'année 2014, j'ai enfin décidé de me lancer et de faire un article sur la théorie de l'énergie noire. En effet, cela fait presque deux ans que Mass Effect 3 est sorti, suivi peu après par cette mystérieuse théorie. Cependant, contrairement à la Théorie de l'Endoctrinement qui est apparue plus ou moins en même temps, elle n'a pas fait l'étude d'un examen approfondi...  Chose qui est désormais réglée.  

Pour ceux qui l'ignorent encore, la théorie de l'énergie noire est ce qui, à la base, devait être la véritable fin de Mass Effect 3 et -comme son nom l'indique- elle est basée sur l'énergie noire. Cependant, quelques éléments du script ayant fuités en plein développement du jeu, les producteurs auraient décidé de modifier la conclusion du jeu. Mais en quoi cette fin était différente ?  

Tout d'abord, voici le résumé de cette soi-disant véritable fin que l'on peut retrouver sur plusieurs sites, notamment sur le BSN ou encore les forums JV.com :  

  

creuset  

  

Les Moissonneurs poursuivaient un but précis : nous protéger et nous préparer à une autre menace : l'expansion de l’énergie noire.     

Le Soleil d'Haestrom (cf les observations de Tali dans ME2), et de nombreuses autres étoiles parvenaient à la fin de leurs cycles. L’énergie noire, qui résultait de l'implosion de ces astres, pouvait potentiellement détruire toute forme de vie dans la galaxie.    

Le phénomène a toujours été très difficile à appréhender (d'un point de vue physique). Des I.V et IA affranchies, bien avant les Geth et d'autres formes actuelles d'IA, ont commencé à calculer certaines probabilités et à effectuer certaines mesures. Les résultats, des nombres flottants (comme Pi), prédisaient une fin de cycle pour environ 34% des étoiles géantes d'ici 2 millions d’années.    

Ces IA considèrent alors la situation comme critique et commencent à faire évoluer leurs protocoles et leurs capacités (notamment cognitives et processorielles même si ce néologisme n'existe pas encore dans le dictionnaire) pour trouver une solution à ce problème, qui semble insolvable : les Moissonneurs sont nés.    

Au fil des années, ces IA s'affranchissent de l’autorité de leurs maîtres (une ancienne civilisation encore plus avancée que les Prothéens) qui, s’inquiétant de cette fascination et de cette obsession pour l'énergie noire, tentent de neutraliser certaines de leurs facultés. Mais l'une de ces IA (l'Augure ) avait prédit cela.     

L'intelligence artificielle avait déjà sauvegardé et transféré son "architecture" et celle de 10 autres IA et I.V vers une mémoire interne dans un vaisseau en route pour une autre voie galactique (ces derniers utilisaient à l’époque le SLM justement alimenté par l’énergie noire justement, que l'on avait appris à maîtriser uniquement dans le cadre d'une alimentation moteur et en très petite quantité).    

    

L'Augure alors obsédé par l’éventualité d'un Big Bang essaie pendant des années d'établir une stratégie de protection, mais en vain.    

Les IA embarquées se présentent comme des systèmes de navigation et plus tard de contrôle (d'où cette capacité qu'à l'Augure à contrôler n'importe quel réceptacle connecté à son réseau neuronal), sans trahir leurs capacités cognitives et leurs réponses émotionnelles -presque aussi abouties que celles des organiques-.    

L'IA (l'Augure) se rend alors compte qu'il lui manque certains "traits" organiques (logique humaine, prise en compte de facteurs non rationnels) pour traiter le problème de l’énergie noire. Il trouva alors une solution : les Cycles de la Moisson.    

Au début, la Moisson consistait à de simples manœuvres de manipulations pour pousser certaines espèces à se laisser "habiter", puis la Moisson se fait bientôt plus intensive et à une échelle plus importante (toute une espèce dorénavant).     

L'Augure et l'ensemble des autres IA commencent alors à se construire des réceptacles solides (utiliser des réceptacles uniquement organiques était jugé trop dangereux et peu fiable) en utilisant des chaînes de production planétaires à chaque nouvelle moisson.    

L'assimilation de matériel génétique est donc un moyen d’acquérir certaines facultés typiques des organiques. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles les Moissonneurs ont balayé toute résistance. Ils cumulaient les meilleurs traits des synthétiques et des organiques et se perfectionnaient (notamment au niveau de leurs réceptacles) à chaque cycle de Moisson.    

Puis vint le jour ou les Prothéens entrèrent dans la danse.    

Très évolués, ces derniers avaient eu écho des moissons à travers des fouilles archéologiques notamment. Ils décidèrent alors de créer les relais cosmodésiques pour construire un réseau dans l’éventualité d'une fuite. Les Prothéens ont donc bel et bien crée les Relais.    

Mais l'Augure, très intelligent, a cerné leur stratégie et a utilisé les relais contre leurs propres créateurs en infectant le réseau pour parvenir à leur planète d'origine et les empêcher d'emprunter les relais dans l'autre sens.    

Les Prothéens se sont battus avec ardeur (cf DLC Surgi des Cendres) et Victoire, l'un des chefs Prothéens, avait imaginé une stratégie pour mettre fin a la menace moissonneur : faire de Jarvik (un militaire Prothéen accompli) le catalyseur d'une arme secrète à l'époque en élaboration dans un laboratoire secret sur Ilos... Le fameux « Creuset ».    

L’évacuation et le placement d'un tiers de la population Prothéenne dans des cellules de Stase n’était alors qu'une diversion pour permettre a Jarvik de survivre, et d’être aussi placé dans une cellule, mais discrètement et dans un lieu tenu secret (c'est pourquoi on ne trouve que sa cellule de stase sur Eden Prime).    

Entre temps, Victoire avait analysé les humains, très peu évolués a l'époque (Cro-Magnon), et suivait leurs progressions. Il savait que les Moissonneurs ne s'y intéresseraient pas encore.    

Il les a donc choisi pour être porteur d'un gène, d'une marque, qui les rendrait aptes à comprendre les technologies Prothéennes et de permettre à son plan d'aboutir, plus tard.    

Il a aussi laissé sur de nombreuses planètes des artefacts qui permettraient d'activer ces capacités "dormantes" (afin d’éviter d'alerter les Moissonneurs) chez les Humains.    

Shepard, et Jack Harper (commando de l'Alliance à l’époque, Homme trouble plus tard) ont été les premiers à activer ces capacités.    

La technologie Prothéenne servait également un autre but : parvenir à "solutionner" l'épineux problème de l’énergie noire et du Big Bang, l'une des raisons pour lesquelles les Moissonneurs se sont intéressés aux Prothéens.    

Des milliers d’années plus tard, les Moissonneurs arrivent dans la Voie lactée.    

L’Humanité résiste (ME3) mais les Moissonneurs utilisent Cerberus (via l'Homme trouble qui est endoctriné) pour déchirer la galaxie et provoquer des luttes internes terribles.
Shepard rencontre Jarvik, poursuit son périple puis, à la fin, retourne sur Ilos. Beaucoup de révélations surviennent alors ( les Humains et leur aptitude à maîtriser la technologie Prothéenne, le plan de Victoire, l'arme, l'histoire des Moissonneurs etc...)
Un Moissonneur de classe Sovereign s'attaque alors à Ilos (il avait tracé le signal de Shepard et repéré une nouvelle activité au niveau du complexe secret d'Ilos) : ça aurait du être l'un des combats les plus épiques de ME. Sacrifié lui aussi au développement. Les Moissonneurs transportent alors la Citadelle et la ferment pour éviter au catalyseur d'atteindre son objectif.
  
 
 


S'ensuit un combat épique sur Londres (1heures30 non stop) contre l'Augure et son essaim. Beaucoup de morts mais un assaut courageux au sol (en fonction de votre EMS). Une bataille à l’échelle galactique.
On aurait dû retrouver (si perfect) alors Wrex, Grunt, Samara, Jack, Légion, Tali, Liara, James, Jacob, Miranda, Garrus, Kasumi, un Yahg (dressé par une Asari) le fils de Thane (et oui) et leurs corps d’armées sur le champ de bataille, dans un combat aux proportions dantesques.  
 
 

    

Shepard aurait alors accédé à la Citadelle via le faisceau, avec Jarvik, afin d'activer le Creuset.     

Jarvik aurait alors émis un jugement et une objection : pourquoi sacrifier les Moissonneurs après toutes ces années à avoir finalement voulu nous protéger d'un éventuel Big Bang ?
Shepard aurait alors eu le choix :
  
 
 

Les conflits synthétiques/organiques ne sont alors en fait qu'une excuse pour les Moissonneurs, qui veulent se convaincre que leurs actions sont rationnelles (tuer des civilisations pour empêcher un Big Bang potentiel est non avéré)    

Une théorie bien intéressante, mais... qui ne tient pas la route sur de nombreux points, que ce soit d'un point de vue scientifique moderne, contextuel propre à la trilogie Mass Effect et enfin de logique même de ce scénario. Plongeons-nous ensemble dans les différents couacs de ce scénario point par point.  

   

L'énergie noire, c'est quoi ?    

C'est l'heure d'un petit cours de science ! Selon le grand dieu Wikipédia, l'énergie noire est une théorie scientifique bien réelle, selon laquelle cette forme d'énergie hypothétique emplit tout l'univers de façon uniforme (selon les dernières estimations, l'énergie noire composerait la totalité de l'univers à environ 68%, soit les 2/3) et qui agirait comme une force gravitationnelle répulsive. Elle est dite "noire" principalement parce qu'on n'en connaît pas la nature exacte et qu'on ne peut ni la détecter, ni la voir, ni la ressentir. D'autre part, l'énergie noire n'aurait aucune interaction avec toutes les autres types d'énergie ou matière, mis à part sa faculté « anti-gravité » (et heureusement parce que sinon on aurait découvert son existence bien plus tôt en découvrant un matin que sans raison apparente, notre lit lévite au plafond... découverte très douloureuse au réveil). Fin du cours de science. La torture est finie.   

   

Décorticage des différents éléments de ce scénario :     

1° Les origines et intentions des Moissonneurs    

Les Moissonneurs poursuivaient un but précis : nous protéger et nous préparer à une autre menace : l'expansion de l’énergie noire.    

Bon jusque là ça tient la route. En effet, d'après ce que disent les Moissonneurs, toutes leurs actions ont pour but de nous sauver : « Nous sommes votre salut par l'anéantissement ».   

Le Soleil d'Haestrom (cf les observations de Tali dans ME2), et de nombreuses autres étoiles parvenaient à la fin de leurs cycles. L’énergie noire, qui résultait de l'implosion de ces astres, pouvait potentiellement détruire toute forme de vie dans la galaxie.    

D'abord, il n'existe aucune preuve que l'explosion ou l'implosion des étoiles produit de l'énergie noire (mais bon c'est de la SF, j'ouvre mes chakras). Ensuite, il est exactement dit dans ME2 que l'énergie noire serait PEUT-ETRE la raison du vieillissement prématuré de l'étoile, ce qui n'a rien à voir avec ce qui est dit. L'énergie noire serait la cause, pas la conséquence. Et même en partant du fait que ce soit la cause... si l'énergie qui remplit les 2/3 de l'univers réagit de cette façon au contact de la matière, je ne crois pas que l'Univers aurait attendu 14 milliards d'années pour le montrer... Et on ne serait sans doute pas là à faire cette analyse.   

Le phénomène a toujours été très difficile à appréhender (d'un point de vue physique). Des I.V et IA affranchies, bien avant les Geth et d'autres formes actuelles d'IA, ont commencé à calculer certaines probabilités et à effectuer certaines mesures. Les résultats, des nombres flottants (comme Pi), prédisaient une fin de cycle pour environ 34% des étoiles géantes d'ici 2 millions d’années.     

Le problème ici, c'est la date. En effet, depuis Mass Effect premier du nom, nous savons que les Moissonneurs existent depuis plusieurs milliards d'années. Prenons par exemple le Léviathan de Dis, qui est mentionné dans la description de la planète du même nom : on nous explique que les Butariens auraient trouvés l'épave d'un « vaisseau organique » vieux d'un milliard d'années. Puis dans ME3, on apprend que le Léviathan de Dis était l'épave d'un Moissonneur, et on apprend enfin dans le DLC Léviathan que ce Moissonneur a été abattu par... ben Léviathan. Dans Mass Effect 2, l'épave du Moissonneur où Shepard doit trouver un Identifiant Ami/Ennemi (ou IFF en VO) pour pouvoir franchir le relais Oméga IV sans difficultés a été abattu il y a 37 millions d'années.     

Donc le fait que ceux qui deviendront les Moissonneurs découvrent que les étoiles vont péter dans seulement deux millions d'années... c'est une échelle de temps beaucoup trop courte.    

Ces IA considèrent alors la situation comme critique et commencent à faire évoluer leurs protocoles et leurs capacités (notamment cognitives et processorielles même si ce néologisme n'existe pas encore dans le dictionnaire) pour trouver une solution à ce problème, qui semble insolvable : les Moissonneurs sont nés.    

Bon là, aucun problème, sauf si on considère que depuis, les Moissonneurs ont une origine bien différente, mais rappelons que cette théorie est parue bien avant le DLC Léviathan.    

Au fil des années, ces IA s'affranchissent de l’autorité de leurs maîtres (une ancienne civilisation encore plus avancée que les Prothéens) qui, s’inquiétant de cette fascination et de cette obsession pour l'énergie noire, tentent de neutraliser certaines de leurs facultés. Mais l'une de ces IA (l'Augure ) avait prédit cela.     

Bon là aussi, histoire bien différente de ce que nous avons, mais reconnaissons que l'idée d'une « super-race » méga avancée plus ou moins à l'origine des Moissonneurs est déjà présente.    

L'intelligence artificielle avait déjà sauvegardé et transféré son "architecture" et celle de 10 autres IA et I.V vers une mémoire interne dans un vaisseau en route pour une autre voie galactique (ces derniers utilisaient à l’époque le SLM justement alimenté par l’énergie noire justement, que l'on avait appris à maîtriser uniquement dans le cadre d'une alimentation moteur et en très petite quantité).    

Le problème des IA de Mass Effect, c'est qu'on ne peut pas les « transférer ». Enfin si on peut, mais leur personnalité est alors complètement réinitialisée. Donc, sauf si on part du principe qu'ils aient trouvé un moyen de régler le problème, leurs personnalités auraient changé et tout cet « intérêt » envers l'énergie noire aurait disparu.     

Le SLM « alimenté par l'énergie noire qui est maîtrisée uniquement dans le cadre de la propulsion » est incohérent. En effet, dans l'univers de Mass Effect, l'élément zéro a l'étonnante particularité de manipuler l'énergie noire ambiante pour influencer la gravité... Du réacteur SLM aux pouvoirs biotiques, du générateur de pesanteur aux barrières cinétiques, des Relais Cosmodésiques à la brosse à dent de Traynor... Pratiquement tout fonctionne à l'élément zéro et par conséquent, tout fonctionne à l'énergie noire.    

L'Augure alors obsédé par l’éventualité d'un Big Bang essaie pendant des années d'établir une stratégie de protection, mais en vain.    

Le fait que les étoiles implosent, même en grandes quantités, ne produit pas un Big Bang (qui par définition est une explosion colossale à l'origine même de l'Univers). De plus, que ça se passe dans une seule galaxie n'aura pas non plus d'influence sur l'Univers (qui en compte plusieurs centaines de milliards au bas mot).     

L'autre problème est que l'on sait que les Moissonneurs « influencent » le développement technologique des civilisations afin de faire en sorte d'être faciles à moissonner, car très prévisibles (qu'on verra un peu plus bas). Or, comme dit plus haut, toute la technologie léguée par les Moissonneurs fonctionne à l'élément zéro et donc par extension, à l'énergie noire. Ainsi, si l'Augure voulait trouver une solution à l'énergie noire, pourquoi donnerait-il aux autres races les moyens de l'exploiter et donc de contribuer également au problème ? Certes une brosse à dent ne va pas détraquer l'Univers (même si elle permet déjà de s'infiltrer dans un vaisseau à la pointe du progrès), mais additionnées, toutes les technologies fonctionnant à l'Eezo à travers des millions de cycles donnent une influence non négligeable.    

   

   

Les IA embarquées se présentent comme des systèmes de navigation et plus tard de contrôle (d'où cette capacité qu'à l'Augure à contrôler n'importe quel réceptacle connecté à son réseau neuronal), sans trahir leurs capacités cognitives et leurs réponses émotionnelles -presque aussi abouties que celles des organiques-.    

L'Augure n'est pas le seul avoir ces capacités. A la fin de Mass Effect 1, Sovereign possédait déjà Saren lors de sa résurrection en ce qui ressemble à un Maraudeur dopé au LSD. Sans aller jusqu'à dire le célèbre « assuming direct control », ce dernier déclarait « je suis Sovereign... », avant de sauter partout. De plus, tous les Moissonneurs possèdent la capacité d'influencer et de contrôler toutes personnes les côtoyant un certain temps. Ce procédé très connu des fans de la saga, porte le nom d'Endoctrinement.   

L'IA (l'Augure) se rend alors compte qu'il lui manque certains "traits" organiques (logique humaine, prise en compte de facteurs non rationnels) pour traiter le problème de l’énergie noire. Il trouva alors une solution : les Cycles de la Moisson.    

Rien à dire à ce point là, à part l'histoire encore une fois, mais passons. Même si les machines sont des bêtes de logique pure, il faut en effet parfois prévoir l'imprévisible et c'est une chose que seuls les organiques peuvent faire : être capable de dépasser ou d'ignorer la logique, même la plus élémentaire.    

Au début, la Moisson consistait à de simples manœuvres de manipulations pour pousser certaines espèces à se laisser "habiter", puis la Moisson se fait bientôt plus intensive et à une échelle plus importante (toute une espèce dorénavant).     

L'Augure et l'ensemble des autres IA commencent alors à se construire des réceptacles solides (utiliser des réceptacles uniquement organiques était jugé trop dangereux et peu fiable) en utilisant des chaînes de production planétaires à chaque nouvelle moisson.    

Bon l'histoire est aussi différente de la version « officielle ». En effet, dans la version actuelle, il est dit que les Moissonneurs, sous la forme que nous connaissons, sont en réalité des êtres hybrides mi organique/mi synthétique géants (comme le Moissonneur Humain de Mass Effect 2) qui sont ensuite imbriqués dans une superstructure en forme de calamar qui fait entre autre office de vaisseau. Il est aussi dit que la race du Léviathan a été la première exterminée et que leur matériel génétique a été utilisé pour créer l'Augure qui est devenu le premier Moissonneur. Ce « modèle-type » sera utilisé pour la conversion des autres races récoltées dans les futures moissons.     

Donc l'idée de la moisson avait été déjà pensée et validée AVANT la création des Moissonneurs eux-mêmes.    

L'assimilation de matériel génétique est donc un moyen d’acquérir certaines facultés typiques des organiques. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles les Moissonneurs ont balayé toute résistance. Ils cumulaient les meilleurs traits des synthétiques et des organiques et se perfectionnaient (notamment au niveau de leurs réceptacles) à chaque cycle de Moisson.    

Personnellement, je ne vois pas le rapport entre « acquérir certaines facultés typiques des organiques » et « balayer toute résistance ». Sinon, l'idée du perfectionnement continuel des Moissonneurs est bonne. Par exemple Léviathan dit que les Moissonneurs ont mis plusieurs Cycles pour développer et perfectionner l'endoctrinement, sous-entendant que ce n'était pas inclus dans le modèle de série à la base.    

2° Le rôle des Prothéens et de l'Humanité    

Puis vint le jour où les Prothéens entrèrent dans la danse.    

   

Ok, je sors.    

Très évolués, ces derniers avaient eu écho des moissons à travers des fouilles archéologiques notamment. Ils décidèrent alors de créer les relais cosmodésiques pour construire un réseau dans l’éventualité d'une fuite. Les Prothéens ont donc bel et bien crée les Relais.    

Bon alors là... Il est dit depuis Mass Effect 1 que ce sont les Moissonneurs qui ont créé les Relais. Sovereign le dit, Vigil le dit, l'Augure le dit, Javik le dit. Quatre individus dont deux Prothéens en personne (à part pour Vigil, mais bon ça compte quand même). Et même en écartelant mes chakras pour avoir un maximum d'ouverture d'esprit... créer des relais pour fuir où ? Le réseau ne se trouve que dans la galaxie et le seul endroit où il y a un relais extragalactique, c'est la Citadelle... et ça débouche en plein dans l'endroit où les Moissonneurs piquent un somme en attendant que « la récolte soit prête »... pas franchement une destination de rêve.   

Mais l'Augure, très intelligent, a cerné leur stratégie et a utilisé les relais contre leurs propres créateurs en infectant le réseau pour parvenir à leur planète d'origine et les empêcher d'emprunter les relais dans l'autre sens.    

Techniquement, les Prothéens s'étaient étendus dans toute la galaxie, donc attaquer uniquement leur planète d'origine... c'est un gros coup, mais pas si important que ça, en relativisant. Surtout que, si on part dans l'optique « les Prothéens ont bel et bien créés les Relais », ils ont donc également créés la Citadelle qui était le centre gouvernemental de leur empire... A côté de ça, attaquer le monde d'origine, certes ça donne un sacré coup au moral et ça prive d'un monde très stratégique, mais attaquer la Citadelle, ça serait encore mieux.     

C'est d'ailleurs ce que les Moissonneurs ont réellement fait d'après Vigil : une fois le relais extragalactique de la Citadelle activé, les Moissonneurs se sont emparés en premier de la station dans une attaque surprise qui décapita l'empire de ses dirigeants politiques et militaires, lui supprimant ainsi toute faculté de contre-attaque organisée et immédiate.    

Les Prothéens se sont battus avec ardeur (cf DLC Surgi des Cendres) et Victoire, l'un des chefs Prothéens, avait imaginé une stratégie pour mettre fin à la menace moissonneur : faire de Jarvik (un militaire Prothéen accompli) le catalyseur d'une arme secrète à l'époque en élaboration dans un laboratoire secret sur Ilos... Le fameux « Creuset ».    

Victoire était seulement une IV d'une base militaire prothéenne, une sorte d'Avina en vert et en moins sexy. D'après Vendetta, l'IV de la balise sur Thessia, le Creuset était le projet d'un certain Pashek Vran dont Vendetta en est la représentation holographique. Ensuite, il est également dit que le Creuset n'est pas une invention prothéenne mais qu'elle est beaucoup plus ancienne. Le Creuset n'a pas non plus été fabriqué sur Ilos, qui était une planète dédiée à la conception du Canal, un relais miniature conçu par rétro ingénierie.     

Enfin, pour le Catalyseur... Dans la version officielle, Javik ne sait rien sur le Creuset et le Catalyseur. Hors, il fut révélé par BioWare que le personnage de Javik fut entièrement remanié. Donc le fait que Javik soit à la base le véritable Catalyseur était quelque chose de potentiellement probable. On est peut-être en présence du fameux élément qui a fuité du scénario. Accordons au moins un bon point potentiel à cette histoire. Profitez en, prenez des photos et allez le liker sur les réseaux sociaux, c'est sans doute le seul.    

L’évacuation et le placement d'un tiers de la population Prothéenne dans des cellules de Stase n’était alors qu'une diversion pour permettre à Jarvik de survivre, et d’être aussi placé dans une cellule, mais discrètement et dans un lieu tenu secret (c'est pourquoi on ne trouve que sa cellule de stase sur Eden Prime).    

Techniquement, il n'y avait « qu'un » million de Prothéen en stase sur Eden Prime, pas sûr que ça remplisse le tiers d'une population. Et comme Javik le dit, il n'était pas le seul (bien qu'il soit le seul qui est survécu, car sa survie était une priorité absolue). Le fait qu'on ne voit que sa cellule de stase sur Eden Prime est parce que Cerberus l'avait déjà déterré et ne s'est pas embêté à remonter tous les caissons « inutiles »    

Entre temps, Victoire avait analysé les humains, très peu évolués a l'époque (Cro-Magnon), et suivait leurs progressions. Il savait que les Moissonneurs ne s'y intéresseraient pas encore.    

Il est effet révélé au fil de la trilogie que les Prothéens ont étudiés les races primitives. Dans Mass Effect 1, on apprend que les Hanari vénèrent les Prothéens car ils sont supposés leur avoir offert la parole. De même, l'avant-poste prothéen découvert sur Mars semble être déjà une base scientifique consacré à l'observation de... l'Humanité. Cela est confirmé d'abord dans une mission secondaire de ME1 où on découvre que les Prothéens étudiaient les Humains pendant la préhistoire via une vision -un simple texte en fait- que Shepard a dans des ruines prothéennes sur Elétania s'il/elle est en possession du cadeau offert par la Favorite pour l'avoir aidée à deux reprises. Ce fait est ensuite purement confirmé dans ME3 durant la mission dans l'avant-poste de Mars pour le cas des Humains, avant que l'on découvre, principalement grâce à Javik, que les Prothéens ont étudié pratiquement toutes les races « dominantes » du Cycle post-Prothéen telles que les Asari, les Butariens, les Galariens, les Krogans, les Quariens, les Turiens, et même les Rachnis.     

Dans certains cas, ils sont allés au-delà de la simple étude et sont intervenus directement dans le développement de ces races. L'exemple des Asari est le plus « célèbre », mais il y aussi celui des Hanari et des Rachni.   

En revanche, il semble très peu probable que Pashek Vran fut le responsable d'une de ces études. Il était déjà le « superviseur » de la construction du Creuset et il n'y a pas vraiment de rapport entre gérer la construction d'une super-arme antique et l'étude des races primitives. De plus, il semblerait que les Prothéens n'accordaient pas vraiment une grande importance aux Humains puisqu'ils ne sont pas intervenus dans leur développement.    

Il les a donc choisi pour être porteur d'un gène, d'une marque, qui les rendrait aptes à comprendre les technologies Prothéennes et de permettre à son plan d'aboutir, plus tard.    

Rien à dire de plus par rapport à ce que j'ai dis juste en haut. La question que je me pose est surtout : Pourquoi les Humains auraient encore le beau rôle dans l'histoire ?     

C'est vrai quoi ! Ce statut de « race élue » que l'on colle de façon quasi systématique aux Humains dans presque tous les univers de SF est de plus en plus lassant.     

De plus, ce n'est pas possible dans l'univers de Mass Effect : si c'était vraiment le cas et que seuls les Humains seraient aptes à comprendre et utiliser la technologie prothéenne, personne d'autre dans la galaxie n'aurait été en mesure de la comprendre et de la reproduire. Or, le Conseil existant depuis l'an 500 avant J.C, il n'est pas possible que ce soient les Humains qui aient montré à tout le monde comment faire pour créer une civilisation d'envergure galactique et comment comprendre et reproduire la technologie prothéenne.     

Ils sont même les petits derniers dans cet univers, n'ayant découvert les technologies prothéennes qu'une quarantaine d'années avant Mass Effect 1 (qui se déroule en 2183, soit dans approximativement 169 ans) et rencontré les autres races de la galaxie une décennie plus tard (en 2157 avec la Guerre du Premier Contact).    

Il a aussi laissé sur de nombreuses planètes des artefacts qui permettraient d'activer ces capacités "dormantes" (afin d’éviter d'alerter les Moissonneurs) chez les Humains.    

Oui mais lesquelles ? Les balises prothéennes comme celle d'Eden Prime ne sont que systèmes de communication prothéens. L'équivalent prothéen d'un serveur internet en gros. Les balises prothéennes comme celle de Mars ou Thessia avec plein de données ne sont que des disques durs géants pour un laboratoire (dans le cas de Mars). Pour Thessia, c'était pour guider les Asari afin qu'elles aient toujours un temps d'avance pour leur permettre d'être au sommet de la communauté galactique. Donc la balise la plus importante n'était pas destinée aux Humains.     

De plus, même si la balise d'Eden Prime était destiné aux Humains, comment les Prothéens ont-ils deviné que c'est les Humains qui coloniseront la planète 50 000 ans plus tard ? Une autre race aurait très bien pu arriver en premiers.    

Shepard, et Jack Harper (commando de l'Alliance à l’époque, Homme trouble plus tard) ont été les premiers à activer ces capacités.    

Si Jack Harper est bel et bien la véritable identité de l'Homme Trouble, il n'a jamais été un commando de l'Alliance, bien qu'il ait aidé l'armée durant la Guerre du Premier Contact en tant que mercenaire. De plus, l'Homme Trouble n'a pas été en contact avec un artefact prothéen, mais avec un artefact moissonneur, ce qui explique l'étrangeté de ses yeux depuis cette époque, qui marque probablement les prémices de son endoctrinement. Après avoir été en contact avec l'artefact et s'embarquant dans une aventure le menant sur Illium et Palaven, Jack Harper se rend compte que l'humanité n'est pas prête à affronter ceux qui ont créé l'artefact et décide alors de fonder une organisation afin de la défendre : Cerberus. (cf le comics Mass Effect : Évolution).    

Shepard a été en contact avec la balise prothéenne d'Eden Prime... mais elle n'était pas conçue spécialement pour lui ou elle. Quelques instants plus tôt, un certain Turien du nom de Saren a fait exactement la même chose et a eu les mêmes résultats.    

La technologie Prothéenne servait également un autre but : parvenir à "solutionner" l'épineux problème de l’énergie noire et du Big Bang, l'une des raisons pour lesquelles les Moissonneurs se sont intéressés aux Prothéens.    

Euh, les Moissonneurs ciblant toutes les races suffisamment avancées, le fait que les Prothéens s'intéressaient à l'énergie noire est, pour eux, sans intérêt. De plus, rien n'indique que ce fut le cas, les Prothéens semblent surtout s'être principalement préoccupés des Moissonneurs eux-mêmes.    

Des milliers d’années plus tard, les Moissonneurs arrivent dans la Voie lactée.    

   

Ok, je sors... encore
 
 
 

3° Le combat final    

L’Humanité résiste (ME3) mais les Moissonneurs utilisent Cerberus (via l'Homme trouble qui est endoctriné) pour déchirer la galaxie et provoquer des luttes internes terribles.     


Shepard rencontre Jarvik, poursuit son périple puis, à la fin, retourne sur Ilos. Beaucoup de révélations surviennent alors ( les Humains et leur aptitude à maîtriser la technologie Prothéenne, le plan de Victoire, l'arme, l'histoire des Moissonneurs etc...)
   
 


Un Moissonneur de classe Sovereign s'attaque alors à Ilos (il avait tracé le signal de Shepard et repéré une nouvelle activité au niveau du complexe secret d'Ilos) : ça aurait dû être l'un des combats les plus épiques de ME. Sacrifié lui aussi au développement. Les Moissonneurs transportent alors la Citadelle et la ferment pour éviter au catalyseur d'atteindre son objectif.
   
 


S'ensuit un combat épique sur Londres (1h30 non stop) contre l'Augure et son essaim. Beaucoup de morts mais un assaut courageux au sol (en fonction de votre EMS). Une bataille à l’échelle galactique. On aurait dû retrouver (si perfect) alors Wrex, Grunt, Samara, Jack, Légion, Tali, Liara, James, Jacob, Miranda, Garrus, Kasumi, un Yahg (dressé par une Asari) le fils de Thane (et oui) et leurs corps d’armées sur le champ de bataille, dans un combat aux proportions dantesques.
   
 

À partir de là, le scénario part dans le déroulement de la « vraie » mission finale avec un crochet par Ilos, des révélations à la pelle et des tas de situations épiques. Je ne vais pas parler de ça qui ressemble plus au fantasme du fan déçu par une fin de ME3 bancale de l'époque qu'à autre chose. Je saute directement aux trois choix finaux.    

   

   

4° Le dernier choix    

Shepard aurait alors accédé à la Citadelle via le faisceau, avec Jarvik, afin d'activer le Creuset.     

Jarvik aurait alors émis un jugement et une objection : pourquoi sacrifier les Moissonneurs après toutes ces années à avoir finalement voulu nous protéger d'un éventuel Big Bang ?    


Shepard aurait alors eu le choix :
   
 

Bon tout d'abord, le fait que ce soit Jarvik (car oui, il s'appelle JaRvik dans le scénario. Faute de frappe ou véritable nom ? Mystère, mais promis, je garde Javik -qui se prononce d'ailleurs « ja-avik », mais tout le monde s'en fout-) qui demande « d'épargner les Moissonneurs », je trouve que c'est un peu bizarre. Même s'il change de mentalité au fur et à mesure du jeu, il reste catégorique sur un point : un bon Moissonneur est un Moissonneur mort. Après tout, n'est-il pas censé être « l'avatar prothéen de la vengeance » ?     

Ensuite , les trois choix eux-mêmes :    

Le premier, censé être le pragmatique, consiste à tuer Javik et de laisser les Moissonneurs poursuivre leur mission. Elle correspond beaucoup à la fin Refus ou « shoot dans le gosse » qu'on a avec l'Extended Cut. La manière est différente, mais le résultat est identique : les Moissonneurs gagnent. Un truc me chiffonne cependant : Tuer Javik. Normalement il est censé avoir dit quelques instants avant que les Moissonneurs ne sont pas l'ennemi, donc le plus convaincu à laisser les Moissonneurs poursuivre leur mission. Pourquoi le tuer alors si Shepard est d'accord avec lui ?    

Le second, censé être le conciliant, consiste à tuer les Moissonneurs avant de... faire pareil qu'eux en tentant de résoudre le problème de l'énergie noire pendant que la population civile migrent vers des bunkers souterrains sur Ilos. Premièrement, une seule planète ne peut pas abriter l'ensemble de toutes les races de la galaxie dans des bunkers qui ne fonctionnent plus (Vigil dit que les modules n'avaient presque plus d'énergie à la fin de l'extermination prothéenne au point de sacrifier presque tout le monde pour sauver la douzaine de savants « importants ». 50 000 ans ont passé entre temps et dans ME2, le Conseil révèle à Sheaprd que les archéologues envoyés sur Ilos n'ont pas pu réactiver Vigil, sans doute en raison du manque d'énergie). Deuxièmement, un Big Bang signifiant, soit une super destruction galactique, soit carrément la création d'un nouvel Univers dans l'Univers (INCEPTION TIME), une planète ne résisterait à aucune de ces deux versions. Et si le problème vient effectivement des soleils, n'oublions pas qu'Ilos en a deux...    

Le troisième choix "extra", débloqué sous certaines conditions, comme la Synthèse dans les fins actuelles, consiste en gros à laisser les Moissonneurs gagner, pendant que Shepard rejoint leurs rangs sous la forme d'un nouveau Moissonneur. Un choix qui ressemble beaucoup au premier à l'exception de la survie de Shepard. Le problème est que les Moissonneurs sont des hybrides organique/synthétique. Les races moissonnées sont converties en une sorte de pâte qui est « injectée » dans un Moissonneur. Cette substance contient le savoir génétique et collectif de toute la race (comme l'énigma prothéen en quelques sortes... mais en plus crade). Le problème, c'est qu'un seul individu est insuffisant pour ce procédé, d'où la moisson de toute l'espèce, comme le montre Mass Effect 2 : l'ensemble des colons capturés par les Récolteurs sont convertis en cette substance et injectés dans le Moissonneur Humain.    

Les conflits synthétiques/organiques ne sont alors en fait qu'une excuse pour les Moissonneurs, qui veulent se convaincre que leurs actions sont rationnelles (tuer des civilisations pour empêcher un Big Bang potentiel est non avéré)    

Cette phrase n'a strictement aucun sens. Les Moissonneurs étant des machines (certes partiellement organiques, mais quand même), ils n'appliquent que la logique pure. Si pour sauver une galaxie entière, il faut faire des sacrifices, alors la machine en fera sous couvert du « Mal Nécessaire ». Certes, c'est froid et impitoyable, mais si c'est la solution la plus logique à ses yeux, elle n'hésitera pas (« Ce qui est utile à beaucoup l'emporte sur les désirs du petit nombre » disait Spock dans Star Trek). Le fait que les Moissonneurs se trouvent une excuse pour avoir « la conscience tranquille » est complètement loufoque en mon sens. Tuer des individus pour sauver la galaxie, que ce soit des organiques eux-mêmes ou d'un phénomène apocalyptique... c'est du pareil au même.    

Conclusion :    

D'un point de vue scénaristique, la théorie de l'énergie noire souffre de beaucoup de lacunes et d'incohérences majeures, que ce soit vis-à-vis des connaissances scientifiques actuelles (que l'on peut mettre sur le compte de la SF), mais aussi et surtout vis-à-vis du reste de la saga Mass Effect.     

À la différence de la théorie de l'endoctrinement, -qui tentait de trouver une explication « plus vraisemblable » à ce qui était incohérent et « mystérieux » dans le jeu (comme les cauchemars de Shepard ou certains éléments de la mission finale) afin de remplir les vides qui furent globalement comblés dans l'Extended Cut- , la théorie de l'énergie noire repose quant à elle uniquement sur le fait que Bioware avait annoncé que CERTAINS éléments du scénario (et non pas le scénario ou la mission finale dans sa totalité) avaient fuité.     

Le fait que Javik se soit retrouvé en DLC « Day One » alors qu'une petite magouille dans le code du jeu permet de l'avoir en squadmate sans acheter le dit DLC, montre que Prothy le Prothéen (je peux le dire, j'ai pas de sas chez moi :P) était prévu dans le jeu de base dès le départ. Le fait que le DLC apporte « uniquement » les dialogues sur le Normandy (sous-entendant que certains dialogues cruciaux ont été modifiés donc peut-être même que Javik soit réellement le Catalyseur) et la mission où on le récupère semble plutôt indiquer que ce sont plutôt ces éléments qui furent modifiés. En effet, la supposition qu'un Prothéen se retrouve dans l'équipe de Shepard dans Mass Effect 3 existe depuis pratiquement aussi longtemps que l'annonce du jeu lui-même.    

Personnellement, je trouve la théorie de l'énergie noire plutôt sympathique. Même s'il est possible que certains faits décrits aient réellement été prévus dans ME3 à l'origine, d'autres éléments incohérents ou totalement ilogiques ont été rajoutés, ce qui donne plus l'impression d'être une idée de fanfic écrite par un fan déçu mais imaginatif que d'être le véritable leak du scénario d'un jeu.   

Pour conclure, tout comme la théorie de l'endoctrinement, la théorie de l'énergie noire rejoint le banc des théories prometteuses, fruit des fantasmes et de l'imagination des fans, mais qui se sont détruites elles-mêmes à cause de trop d'incohérences.    

Pour finir, je laisse la parole à Javik, l'un des principaux sujet de ce débat    

   

Merci Javik, c'était une Lala venue d'ailleurs, toujours prête à éclairer vos lanternes. À vous les studios.   

 

Par Layla