Guide Stratégique Multijoueur : Meeting the Collectors.

Mass Effect Saga

 

 

Guide Multijoueur Mass Effect 3  

 

Meeting the collectors 

 

 

                     Mesdames et messieurs, nous y sommes, les récolteurs se joignent au combat. Les rapports de plusieurs de nos équipes N7 sont sans équivoque et un grand nombre d’entre elles ont payé cette information de leur vie. Ces renseignements ont cependant le mérite de pouvoir sauver des vies à l’avenir, car nos analystes tactique ont pu isoler des profils et des comportements typiques de ces foutues saloperies.

Ce briefing a donc pour but de vous donner les armes stratégiques pour diriger vos commandos vers la victoire tout en survivant à vos futures opérations.

 

Le point primordial à prendre en compte lorsque vous affrontez ces grosses blattes, c’est que malgré leur faible résistance, leurs armes très avancées vous déchiquètent avec une efficacité effrayante à distance. D’autre part, par un procédé d’endoctrinement très poussé, certains moissonneurs peuvent posséder des unités récolteurs, leur conférant une résistance et des capacités hors du commun ! Cet effet est heureusement facile à repérer, puisque les créatures possédées se mettent à briller de l’intérieur à travers les fêlures dans leurs carapaces occasionnées par la transformation. Enfin, de par leur souche génétique prothéene, très liée à la biotique, les récolteurs n’utilisent que des barrières et n’ont aucun bouclier technologique. Il est donc fortement conseillé aux commandos qui leur font face d’utiliser des munitions à distorsion ou des capacités affectant les barrières biotiques. De plus, les unités récolteurs possédées gagnent le plus souvent un blindage d’origine moissonneur qui est très vulnérable aux capacités incendiaires telles qu’incinération ou carnage.

La base de leur armée repose sur deux types de fantassins distincts :

 

Les abominations d’une part vous paraitront très semblables aux zombis luminescents que les moissonneurs nous envoient par nuées. Les considérer ainsi pourrait pourtant être la dernière erreur de votre vie de soldat ! Car si saletés ont un air de famille, elles sont en revanche bien plus redoutables que les zombis. Le crâne des abominations explose une fois que vous les avez abattues, ce qui occasionne des dégâts certes mineurs, mais qui pourraient vous être fatals si vous êtes déjà blessé. Ce point mis à part, leur comportement est assez proche de leurs homologues bleu, à savoir une volonté farouche de vous agresser sauvagement au corps à corps. Les pouvoirs tels quincinération, surcharge assommante oules capacités biotiques repoussant l’adversaire sont les plus efficaces contre ces cibles fragiles. Prenez garde cependant, car certaines abominations peuvent parfois être possédées. Vous les reconnaitrez à leur peau craquelée et brillante de l’intérieur, leur donnant l’air d’être sur le point d’exploser. Et c’est précisément ce qu’elles feront si elles vous approchent de trop près ou si vous les abattez ! Méfiez vous en donc comme de votre belle-mère car l’explosion qu’elles produiront sera telle que la totalité de votre commando pourrait être mis au tapis !

En résumé : Gardez vos distance  et ne vous laissez pas surprendre ! 

Le second pilier de base de leur infanterie est constituée par les soldats récolteurs et leurs capitaines. Les premiers sont fragiles et sensibles à une grande variété d’armes et capacités différentes. En revanche, leurs mitraillettes sont capables d’occasionner une belle quantité de dégâts en très peu de temps. Redoutablement précis, les soldats récolteurs garderont leur distance et vous feront craindre de sortir de votre couvert ! Cependant, faites attention, car les soldats récolteurs se regroupent pour vous attaquer au corps à corps. Au contact, ils utiliseront des lames de chitine qui, combinées au nombre d’assaillants et à leur faculté d’enchainer des coups très rapidement, peuvent occasionner de sévère dégâts en un minimum de temps. Neutralisez les donc le plus vite possible, ne perdez pas de temps à frapper fort : enchainez les petits coups rapides lorsqu’ils viennent au contact. Par ailleurs, leur frêle résistance les rend très vulnérables aux fusils à pompe. Les soldats possédés se contentent d’arborer une barrière biotique légère doublant simplement leur espérance de vie et les poussant à plus d’agressivité.

Les Capitaines récolteurs, cependant, compensent cette fragilité par l’utilisation d’une barrière biotique d’une part et par l’emploi d’un fusil récolteur d’une puissance supérieure d’autre part. Vous reconnaitrez ces leaders à leurs antennes proéminentes. De plus, plusieurs de nos éclaireurs prétendent avoir vu des capitaines récolteurs extraire des drones de sous leurs plaques de chitine. Ces informations concordent avec un rapport faisant état de la présence de micro-organismes technologiquement modifiés sur les champs de bataille arpentés par les récolteurs. Selon les informations fournies par le commandant Shepard et des scientifiques renégats de Cerberus, ces drones seraient capables de paralyser une partie des capacités mentales et motrices de la personne qu’ils agressent. Ces microscopiques créatures se déplacent en petites nuées compactes. Elles sont fragiles mais très difficiles à toucher malgré tout. Une fois agrippés à quelqu’un, les drones meurent vite, mais sont capables de neutraliser les compétences de leur cible pendant une courte période. Ces vermines seront la bête noire de tous les soldats faisant appel à la biotique ou à des technologies de combat particulières. Comme les abominations, il est fortement conseillé de s’en débarrasser avant tout contact.

Comme toutes les créatures récolteurs, les capitaines et les drones peuvent être contrôlés. Les premiers verront leur précision et leur armure augmenter et les seconds pourront exploser sur une large zone, occasionnant des dégâts relativement importants mais surtout projetant des drones sur toute personne prise dans le rayon de l’explosion.

 

Ce socle d’infanterie redoutable sera en outre épaulé par deux unités lourdes qu’il ne vous faudra en aucun cas sous-estimer !

 

Tout d’abord, les engeances s’ont d’ignobles amalgames de corps déformés par des expériences inimaginables. Vous ne devez en aucun cas hésiter sur la détente. Ne vous fiez pas à leur allure pataude et à leur démarche lourde et lente, ces monstres contre-nature sont là pour vous pulvériser. Et croyez-moi, elles en ont les moyens ! Vous avez tous déjà affronté les moissonneurs !? Bien, voyez les engeances comme un exterminateur ayant muté vers une forme pire encore ! J’en vois au premier rang qui font la grimace et je les comprends ! Les engeances délivrent de lourdes charges de tirs biotiques concentrés par courtes séries de trois. Si les dégâts occasionnés sont légèrement inférieurs aux exterminateurs rachni, cela est compensé par une capacité équivalente à une sorte de déchirure biotique, court-circuitant vos boucliers et les empêchant de se recharger. Pour autant, ces hybrides repoussant ne sont pas en reste au corps à corps, encore une fois  restez à distance de cet adversaire. Car contrairement aux exterminateurs, les engeances savent parfaitement se défendre au contact ! En cas de combat rapproché, elles tenteront de vous écraser avec le lourd canon greffé à leur bras droit et vous le sentirez passer ! L’un de nos éclaireur rapporte avoir vu un foudre de guerre Krogan être mis au tapis d’un unique revers de ces colosses ! Le seul avantage que vous possédez face à eux, c’est votre vitesse et votre réactivité. En effet, les engeances sont très lente, à la fois pour se déplacer et  réagir. Vous aurez donc tout le temps de les voir venir. Ne les oubliez pas pour autant, car leur blindage important nécessitera un tir fourni pour les abattre.

Comme vous vous en doutez, elles peuvent aussi être possédées par un moissonneur. Nous n’avons qu’une seule source d’information à ce propos : la caméra rétinienne de l’un de nos commandants d’unité tombé au combat. Après analyse, ces images nous ont appris que les engeances possédées sont elles aussi équipées d’une barrière, mais surtout elles développent la capacité de tirer des grenades biotiques à sous-munitions dévastatrices. La cadence de tir de ces explosifs et leur puissance sont telles qu’un commando entier peut être dévasté en deux salves seulement. Surveillez donc les mouvements de ces créatures et vos détecteurs de grenades intégrés. Dans un tel cas l’ATH de votre casque est votre meilleur atout.

 

Enfin, venons-en à ce que les récolteurs peuvent vous envoyer de pire. Et pour être franc, je me demande si ces gros crustacés ne sont pas les pires créatures d’infanterie que j’aie vue dans cette foutue guerre…

Les Prétoriens seront en effet l’une des plus horribles menaces à laquelle vous aurez  affaire, à moins de vous retrouver face à un moissonneur – et ne souriez pas bêtement lieutenant, ça pourrait bien vous arrivez plus vite que vous ne le pensez. Je disais donc que les prétoriens seront pour votre équipe un véritable défi de bout en bout. Si leur apparence de gros crabe métallique peut prêter à sourire, vous déchanterez vite sur le terrain. Capables de léviter, équipés de laser thanix à longue portée similaires à ceux des moissonneurs, rapides, solides, bardés de lames… La liste des capacités de cet engin est longue -trop longue si vous voulez mon avis. Pour résumer, les prétoriens se déplacent le plus souvent en lévitant à grande vitesse, ignorant la plupart des couverts. Ils ne s’arrêtent que pour tirer ou tenter de vous déchiqueter au corps à corps. Notez qu’ils sont capables de bondir sur de longue distance, donc si vous en voyez un se tasser sur lui-même pour sauter, déguerpissez au plus vite !

Surveillez bien leurs mouvements, car ils en disent long sur leur prochaine attaque. Si un prétorien s’arrête à bonne distance de votre position, il y a fort à parier qu’il va utiliser ses armes longue portée. Ces dispositifs placés dans ses « yeux » déchargent un double faisceau d’énergie concentrée et continu semblable aux armes des Moissonneurs. Sa seule faiblesse est un système d’acquisition défectueux qui vous permettra d’anticiper le tir. Comme l’on peut s’y attendre avec ce type d’armement, les dégâts occasionnés sont effrayants, venant à bout des boucliers et des armures les plus solides en un battement de cil. Au contact, les prétoriens utilisent leurs pattes équipées de lames barbelées pour déchiqueter tout ce qui se présente avec une vivacité et une facilité déconcertante. Sans compter que si l’occasion lui est offerte, le gros crustacé saisira sa proie pour la hacher menu à l’aide de ses mandibules ; et là le malheureux n’a absolument aucune chance de survivre. Perdre un membre de votre équipe ainsi est vite arrivé, par conséquent évitez le contact – une fois de plus.

En outre, les prétoriens sont capables de faire appel à un bouclier biotique d’un genre particulier, absorbant n’importe quelle attaque énergétique qui ne soit pas générée par une arme. En somme, si vous voyez la créature entourée d’un halo violacé, utilisez vos armes et oubliez tout autre moyen de causer du dégât. Par défaut, ces saloperies sont lourdement blindées, protégées par une barrière biotique et disposant d’une armure impressionnante pour un engin aussi rapide.

 

Les gars, voilà tout ce que vous avez à savoir sur ces putains de blattes géantes. Nos analystes ont quand même constaté qu’engeance et prétoriens se déplaçaient souvent en groupe dans un premier temps et se gênaient parfois dans leurs mouvements. Si cela venait à se produire devant vous n’hésitez pas un seul instant à utiliser vos lance-missiles pour un beau carnage de groupe !

Sur ce messieurs-dames, veuillez-vous rendre dans vos quartiers et briefer vos équipiers, vos nouveaux ordres de missions ne devraient plus tarder. Et cessez de ronchonner lieutenant ! Vous vous reposerez quand vous serez mort !