Galarien

Mass Effect Saga

Recherche par tags

Espèces
Zones
Périodes
Oeuvres
Galarien

Galarien

Auteur : Layla Archer
Catégorie : Espèces et Cultures - Codex
Date de création : Mardi 30 Octobre 2012 à 23h08
Dernière modification : Dimanche 16 Fevrier 2014 à 13h15
Nombre de consultations : 2972
Tags associés : Galariens Mass Effect 1 Mass Effect 2 Mass Effect 3 Romans Autres oeuvres Lévo-aminé Organique Concilien Siégeant au Conseil

Seconde espèce à avoir découverte la Citadelle, les Galariens sont une race d'amphibien à sang chaud originaire de la planète Sur'Kesh. Les Galariens possèdent un métabolisme hyperactif. Ils pensent rapidement, ils parlent rapidement, ils agissent rapidement. Du point de vue des Galariens, les autres espèces sont léthargiques et obtus, plus particulièrement les Elcors. Malheureusement, la vitesse de leur métabolisme offre en contrepartie une espérance de vie très courte. Rare sont les Galariens qui peinent à dépasser les 40 ans.

Les Galariens sont connus pour leur grande faculté d'observation et pour leur raisonnement non-linéaire. Cela se manifeste par d'énormes capacités en terme de recherche et d'espionnage. Ils sont constamment entrain d'expérimenter et d'inventer et il est généralement admis que les Galariens en savent beaucoup plus qu'ils ne veulent le faire croire.

 

Biologie 

Les Galariens sont une race d'amphibiens bipèdes avec un grand corps svelte et élancé, bien adapté à leur métabolisme élevé. Ils possèdent un squelette bien plus cartilagineux que celui des autres races comme les Humains par exemple. La tête des Galariens est élancée et fine, et est ornée d'une paire de "cornes" cartilagineuses saillantes. La couleur de la peau est très variée, des rouges aux verts brillants bien que les nuances les plus courantes soient celles du bleu et du gris. Leur sang est de couleur verdâtre. Les yeux des Galariens sont grands et ovales, et possèdent une fine membrane en guise de paupières. Les pupilles sont en forme de large fente horizontale et les iris peuvent être vert foncé, violette ou brune. Les Galariens clignent des yeux vers le haut et non vers le bas comme chez les Humains par exemple.

Les Galariens sont connus pour leur métabolisme élevé qui leur permettent de n'avoir besoin que d'une heure de sommeil par jour. Les esprits et les organismes des Galariens fonctionnent plus rapidement que ceux de la plupart des espèces, les faisant paraître agités ou hyperactifs. L'inconvénient de ce métabolisme hyperactif est une courte espérance de vie, dépassant rarement les 40 ans.

Les Galariens sont une race amphibienne pondant des œufs selon un mode haplo-diploïde : les œufs non fécondés engendrent des mâles et les œufs fécondés engendrent des femelles. Une fois par an, les femelles galariennes pondent une grappe d'une douzaine d’œufs. Les règles sociales permettent que seule une infime fraction de ces œufs seront fécondés. En conséquence, 90% de la population galarienne totale est de sexe masculin.

Les Galariens possèdent une mémoire photographique qui fait qu'ils oublient rarement ce qu'ils voient. Ils possèdent également une sorte "d'empreinte" psychologique, ce qui leur permettent de s'en remettre à ceux qu'ils ont connus dans leur jeunesse. L’éclosion des œufs galariens est un rituel solennel où la Dalatrace du clan (l'équivalente d'une matriarche) s'isole avec les œufs. Les jeunes Galariens s'imprègnent d'elle et ont par la suite tendance à agir selon ses désirs. Lors de l'éclosion d'œufs fécondés (donnant donc des femelles), les Dalatraces des clans du père et de la mère sont présentes. Les jeunes femelles sont ainsi dotées d'une loyauté égale envers les deux clans, ce qui permet d'assurer un équilibre politique et dynastique.

La reproduction et la libido galarienne diffèrent de celles des autres races comme les Humains par exemple, Mordin Solus prétend que chez les siens, ce genre de relation n'est pas à base d'hormones. La reproduction est donc uniquement une nécessité de perpétuer l'espèce et les Galariens ne semblent pas être intéresser au sexe avec pour seul but que le plaisir. Cependant, ils éprouvent quand même une certaine attirance envers les Asaris comme le montre un Galarien résidant sur la Citadelle qui dit que "même les Humains trouvent la Favorite irrésistible".

 

Histoire 

Il y a 50 000 ans, les Galariens propéraient déjà sur Sur'Kesh, bien qu'ils étaient dans un stade très primitif. Selon Javik, les Prothéens avaient classés les Galariens comme étant des reptiles et non des amphibiens. Les Galariens primitifs se nourrissaient de mouches, se léchaient les yeux et pour les Prothéens, leurs abats étaient un met gastronomique. En plus du foie qui était considéré comme un met raffiné, les Prothéens mangeaient également les reins des Galariens, Javik rajoutant qu'ils étaient souvent consommés crus, à température ambiante et de préférence sur un Galarien encore vivant, la peur de ce dernier donnant selon eux un goût plus épicée.

Finalement, les Galariens se sont développés jusqu'à inventer le vol spatial et coloniser d'autres mondes proche de Sur'Kesh.

Les trois premières colonies hors du système de Sur'Kesh que les Galariens ont colonisées se nomment Aegohr, Mannovai et Jaëto. Selon Kirrahé, ces colonies "se trouvent actuellement au cœur du territoire galarien".

Les Galariens sont la seconde espèce contemporaine à découvrir la Citadelle, seulement quelques décennies après les Asari. Ils entreprirent des relations diplomatiques avec ces dernières avant de fonder avec elles le Conseil de la Citadelle. Dans un geste d'ouverture, les Galariens ont rendus public les dossiers d'un de leur service de renseignement, la Ligue Unique, mais cela a rapidement créé des problèmes lorsque les membres de la Ligue devinrent un danger par la suite. La Ligue assassinat l'ensemble du Cabinet de l'Union Galarienne avant d'être pourchassés par le GSI et finalement éliminée, ne laissant que des vestiges éparses de son passage.

Les Galariens ont également joués un rôle important dans le développement des Krogans. Les Galariens ont offerts aux Krogans la technologie galactique et un nouveau monde-éden sans dangers en échange de l'éradication des Rachni pour le Conseil. La planète tranquille et la technologie de pointe ont permit aux Krogans de se développer sans les contraintes de la nature hostile et ravagé de Tuchanka, leur monde natal, et une technologie primitive, comme avant leur premier contact avec les Galariens. Ces conditions de vie très agréables, combinées au taux de natalité très élevé des Krogans, ont permis à cette race de se multiplier de façon exponentielle et de se répendre à travers l'espace concilien, annexant sauvagement les planètes appartenant à leurs anciens alliés. Pour mettre fin à cette "Rébellion Krogan", les Galariens ont fourni aux Turiens le Génophage, une arme biologique régulant très efficacement le taux de natalité des Krogans en faisant en sorte qu'une naissance sur mille n'engendre pas un enfant mort-né.

Bien que leur armée ne possède aucune particularité notable, les Galariens sont considérés comme le bras "expert" en espionnage et collecte de renseignement du Conseil. En tant que tels, ils sont bien respectés, mais certaines personnes, y compris quelques Humains, voient les Galariens comme des manipulateurs.

 

Culture 

Les Galariens excellent dans l'innovation, préférant utiliser une technologie de pointe plutôt que de se contenter de moins. Par exemple, leurs systèmes de défense GARDIA sont plus performant et plus fiable, même si un dysfonctionnement pourrait coûter des vies. Même Schells refuse de vendre son dispositif de triche au Quasar en raison de sa "force brute", préférant passer cinq ans de plus pour l'affiner et le rendre plus sophistiqué et indétectable.

Les Galariens voient la collecte d'informations et l'espionnage comme une formalité lorsqu'ils traitent avec les autres races, mais ils ne sont pas sournois, ils appliquent simplement à la lettre la maxime "savoir, c'est pouvoir". Les agences de contre-espionnage de l'Alliance découvrent constamment des espions Galariens et des tentatives d'intrusions dans leurs bases de données informatiques, mais ils ne peuvent pas faire grand chose pour les arrêter. Comme un courtier en information galarien dit une fois a David Anderson :"Votre espèce transmet des données à travers Extranet depuis moins d'une décennie. La mienne s'occupe de l'espionnage et de la collecte de renseignement pour le Conseil depuis deux mille ans".

Les rares femelles galariennes vivent par tradition cloîtrées sur leur planète d'origine. Ce sont principalement des Dalatraces dynastiques, des puissantes dirigeantes politiques. Elles déterminent le cadre politique de leurs régions respectives par voie de négociation habile. Bien que les Galariens mâles peuvent accéder à des postes à très haute responsabilité dans le milieu des affaires, universitaire ou militaire, ils n'ont pas vraiment leurs mots à dire sur la scène politique. Une exception à cette règle est Valern, le Conseiller Galarien au Conseil de la Citadelle en 2183.

En raison de leur mode de reproduction, les Galariens n'ont aucune notion d'amour romantique, attirance sexuelle, de pulsion instinctive ou de rituel social qui compliquent la vie sexuelle des autres espèces. Les relations homme-femme étant rare en raison de la rareté des femelles, les plus "intimes" de ces relations sont comparable à l'amitié humaine. La sexualité est uniquement utilisée à but reproductif. D'anciens codes sociaux déterminent qui doit féconder les œufs et donc engendrer des femelles pour perpétuer la lignée. En général, la fécondation ne s'effectue qu'après des mois de négociation entre les clans des parents, et ce dans un but unique : les alliances politiques et dynastiques. Aucun Galarien ne pourrait imaginer enfreindre ce code.

Les noms galariens sont très complexes. Un nom complet inclut, dans l'ordre, le nom de la planète natale, le pays, la ville, le district, le nom du clan et le prénom. Par exemple, un Galarien se nommant Gorot II Heranon Mal Dinest Got Inoste Ledra, mais il sera appelé couramment par son nom de clan, Inoste, et par son prénom, Ledra.

La société galarienne comprend également ce qu'ils nomment des "Lysthenis". Les Lysthenis sont des Galariens qui n'appartiennent à aucune grandes lignés, mais la raison pour laquelle ils sont indésirable dans l'espace concilien est actuellement inconnue. Les Galariens Lysthenis peuvent être trouvés vivant parmi les Butariens, les Quariens et autres "indésirables" galactique sur Oméga.

Les Galariens célèbrent "Betau", le premier jour de leur nouvelle année. Traditionnellement, elle marque la fin de l'hiver dans l'hémisphère sud du monde natal des Galariens, Sur'Kesh. A cette occasion, ils remboursent leurs dettes et font des demandes aux autres.

Économie : 

La sphère d'influence économique galarienne est la plus petites des trois races siégeant aux Conseil, mais elle est bien plus grande que celle de l'Alliance. Elle repose principalement sur les technologies "avant-gardistes", les industries galariennes étant les leaders de la plupart des domaines. Elles compensent leur faible productivité par une qualité bien plus supérieure à la moyenne.

Religion : 

Les Galariens ne sont pas particulièrement religieux, mais comme chez les autres races conscientes, il y a des exceptions. Une des religions galarienne les plus mal vue (que le Conseil juge davantage comme une secte) adore une déesse et prétend qu'une certaine formation d'enchevêtrement de cratères dans l'hémisphère sud de Trelyn lui ressemble. Liara T'Soni rajoute que beaucoup de Galariens croient en une "Roue de la Vie", que Mordin Solus assimile à l'Hindouisme en raison d'une croyance partagée en la réincarnation.

 

Gouvernement 

Le gouvernement galarien, au moins depuis la fondation du Conseil en 500 avant notre ère est appelé l'Union Galarienne. Il s'agit en fait d'un enchevêtrement de lignées matrilinéaires formant des blocs d'alliances politiques.

Le fonctionnement du réseau politique galarien est, à de nombreux égards, comparable à celui des familles nobles de l'Europe médiévale sur Terre. D'un point de vue structurel, le gouvernement est constitué de fiefs, de baronnies, de duchés, de planètes et de marches (secteurs de colonisation). Ces appellations ne sont bien entendu que des équivalents approximatifs humains, les termes galariens étant imprononçables. Chaque zone est administrée par une seule Dalatrace (matriarche chef d'état) et est associée à un territoire et un prestige sans cesse grandissants au sein du réseau politique galarien.

Le premier cercle d'un clan comprend les parents, la fratrie, les oncles, les tantes et les cousins, ce qui représente généralement une centaine de membres. Le cercle suivant inclut les cousins issus de germains et autres liens familiaux au 3e degré ; il peut dépasser allègrement le millier de membres. Au quatrième ou cinquième cercle d'un clan, on atteint souvent des nombres à sept chiffres. La loyauté galarienne, maximale au premier cercle, diminue dans les cercles suivants. Dotés d'une mémoire eidétique, les Galariens reconnaissent et se rappellent le nom de tous leurs parents.

 

Doctrine Militaire 

L'armée galarienne est, dans son principe, similaire à celle de l'Alliance : une petite armée de volontaires axée sur la guerre de manœuvres interarmes. Ce qui les différencie des autres races dans ce domaine, ce n'est ni leur équipement ni leur organisation, mais leurs services de renseignement et leurs règles d'engagement. Les Galariens pensent qu'une guerre doit être gagnée avant son commencement, une doctrine aussi défendue par certains des plus grands généraux humains comme Sun Tzu.

La supériorité incontestable de leurs services de renseignement leur permet d'utiliser leur petite armée avec une efficacité maximale. Bien avant que le combat n'éclate, les Galariens possèdent une connaissance complète sur la position de l'ennemi, ses intentions et ses prévisions. Leur puissant réseau de renseignement est dirigé sur le terrain par le Groupement Spécial d'Intervention (GSI) qui surveille les zones à risques et prend les mesures nécessaires, généralement sans considérations légales et procéduriers. Cela peut aller de la simple reconnaissance et collecte d'information ou alors de s'assurer qu'une situation politique instable reste commodément en l'état. L'efficacité du GSI lors de la Rébellion Krogan est ce qui a décidé le Conseil de s'en inspirer pour parfaire leur programme Spectre nouvellement créer.

Dans toutes les guerres auxquelles ils ont participé, les Galariens ont porté le premier coup, et sans prévenir. Pour eux, il est insensé de laisser l'ennemi mettre ses plans d'attaque à exécution quand on les connaît à l'avance. De même, prévenir l'ennemi qu'on va l'attaquer relève de la folie pure et simple. Selon eux, les concepts moraux humains qui consistent à « ne pas tirer le premier » et à « déclarer une guerre avant d'attaquer » sont d'une naïveté affligeante. Lors des guerres défensives, ils effectuent des frappes préventives plusieurs heures avant que l'ennemi puisse attaquer. Lors des guerres offensives, ils n'ont jamais signifié leurs intentions belliqueuses avant de passer à l'attaque.

Les biotiques sont quasiment inexistants au sein de l'armée galarienne. Ceux qui disposent de telles capacités, bien trop précieux pour servir de chair à canon, sont affectés aux services des renseignements.

Quoique capables de se défendre eux-mêmes contre la plupart des menaces, les Galariens sont conscients de n'être que du menu fretin dans un univers infesté de requins. Afin d'assurer leur survie, ils ont créé des alliances fortes avec de grandes puissances, notamment les Turiens. Ces deux espèces ont beau avoir eu quelques frictions par le passé, suite à la prolifération krogane dont les Galariens sont indirectement responsables, ces derniers s'efforcent par tous les moyens d'entretenir cette relation qui ferait craindre à tout agresseur éventuel l'intervention turienne.

Le flotte galarienne possède 16 cuirassés, ce qui est beaucoup moins que le maximum qu'ils sont autorisés à avoir en vertu du Traité de Farixen. Ce ralentissement de la production des cuirassés est une conséquence de la complexité croissante des modèles galariens. Après l'obtention via la recherche secrète (et sans doute un peu d'espionnage) de la technologie furtive utilisée par le SSV Normandy et le Normandy SR-2, les Galariens furent capable de produire des cuirassés avec les même capacités furtives, un exploit jusque là impensable. Le dévouement galarien à l'adoption de technologies de pointe est également démontré par l'armement de leurs coûteux vaisseaux. Les vaisseaux de combats utilisent les derniers systèmes de défense Gardia qui utilisent des lasers ultraviolet antivaisseaux, qui sont plus chers et plus gourmand en énergie que les lasers infrarouge standard, mais sont plus efficaces. Même les vaisseaux des flottilles de reconnaissance galarienne sont armés de canons Thanix montés sur la coque.

 

Fiches similaires

Extra