Mass Effect : Foundation #12

Mass Effect Saga

Natsumi - Samedi 09 Aout 2014 à 03h01 - 0 commentaire -

Mass Effect : Foundation #12 est sorti le 25 juin 2014 en VO en version digitale sur le site Dark Horse Comic. Pour un prix de 3,99$, ce tome nous entraîne à nouveau aux côtés de Thane Krios. Le Drell s'offre ainsi pour la deuxième fois une couverture de Foundation. En effet, il était déjà apparu sur la couverture du tome 8, mais la cover étant bien mensongère, le Drell n'y faisait qu'une brève apparition sur deux pages qui avaient déçues les fans de l'assassin.

Niveau staff, on retrouve Mac Walters épaulé de Jeremy Barlow au scénario -qui apporte un véritable second souffle à la série-, Tony Parker aux pinceaux, Michael Atiyeh à la colorisation et Benjamin Carré à la couverture.

 

Review intégrale 

Mass Effect Foundation #12Le tome s'ouvre sur la suite directe du précédent : Miranda contacte l'Homme Trouble pour lui signaler un problème concernant Rasa. Cette dernière en sait trop sur le projet Lazare, et Cerberus n'est plus en mesure de la contrôler. Elle devient dangereuse. L'Homme Trouble répond qu'ils ont investi beaucoup d'argent dans le développement de Rasa, mais que si elle n'est plus un investissement sûr, il est temps de couper les ponts...

Pendant ce temps, Rasa ignore tout de la conversation et passe en revue le dossier de Thane Krios. On est alors projeté dans l'esprit du Drell qui devient le narrateur. Il nous conte son enfance, la manière dont il a été confié aux Hanari, son entraînement d'assassin à l'âge de 6 ans... Le vécu difficile et le sentiment de culpabilité lors des premiers meurtres, jusqu'à l'évanouissement de toutes ses émotions et la facilité qu'il avait à tuer. Il nous raconte ensuite le tournant dans sa vie : sa rencontre avec Irikah. La manière dont elle s'est interposée, le regard fier, entre son fusil de précision et sa cible. A ce moment là, Thane est submergé d'émotions qu'il avait refoulé depuis sa plus tendre enfance : culpabilité, honte, regret. Il n'a plus qu'une obsession : retrouver cette femme.

Il finit par la retrouver alors que cette dernière est en mauvaise posture et la sauve des griffes de mercenaires. Alors qu'elle le remercie de son aide, il se présente comme l'assassin de qui elle a sauvé un innocent. Il s'agenouille en lui demandant son pardon. Elle a dédié sa vie à sauver les autres (c'est une scientifique qui cherche des vaccins aux maladies incurables), aujourd'hui, il a besoin qu'elle lui apporte la rédemption. Suspicieuse, Irikah lui montre d'abord de la compassion, puis le pardonne. Pour la première fois de sa vie, Thane se sent en vie : la présence d'Irikah l'humanise, et lui la protège. Il commence à imaginer un futur avec elle. Pour mener à bien ce rêve, il se rend auprès de son maître Hanari, et demande d'être affranchi de ses fonctions d'assassins pour établir une vie de famille. Le Hanari refuse d'abord, déclarant que Thane ne connaît que la violence et ne pourra fuir son destin. Thane insiste, et le Hanari fini par consentir à le libérer de son serment.

Thane retourne auprès d'Irikah afin de l'épouser et de vivre des jours heureux. Mais il a du mal à trouver la paix, son passé le ronge. Un jour, Irikah lui confie un talisman qui appartement à son père. Elle espère que comme lui, le talisman aidera Thane à trouver la paix.

Puis Kolyat vient au monde, cadeau d'Arashu. Thane enchaîne les boulots ingrats pour être un bon père, afin de subvenir aux besoins de sa famille. Mais il ne brille pas dans les travaux d'usines, et décide de retourner à l'assassinat en freelance. Sachant qu'il n'y a pas d'autres options, Irikah supporte son mari.

Thane excelle : tuer est un art, et il est un maître en la matière. Les contrats pleuvent, les récompenses augmentent, mais les cibles deviennent de plus en plus difficiles. Un jour, il assassine des Butariens. La mauvaise cible, car le groupe était en lien avec le Courtier de l'Ombre. Ce dernier leur révèle l'identité de l'assassin. Mais les Butariens ont peur des capacités du Drell, et l'attirent loin de chez lui, afin de lui prendre ce qu'il a de plus précieux...

Quand Thane réalise la supercherie, il est trop tard : Irikah a été sauvagement assassinée par représailles. Kolyat a survécu, protégé par sa mère, mais Thane est trop aveuglé par la haine pour s'occuper de lui. Il le confie à sa famille, et poursuit sans relâche les meurtriers. Un à un, il les élimine dans d'atroces souffrances. Jusqu'au jour où il ne reste plus qu'un homme. Alors qu'il l'a dans sa ligne de mire, son ellipsis joue des siennes, et sa mémoire lui remémore la scène exacte de sa rencontre avec Irikah. Le fantôme de celle-ci se place entre Thane et sa cible. Malgré tout, Thane presse la détente et se venge du dernier meutrier, transperçant le souvenir d'Irikah et de ce qu'elle avait éveillé en lui.

Le tome s'achève sur un Thane pensif, qui jette dans les flots le talisman que Irikah lui avait offert. Le prêtre Hanari avait raison à son sujet. Il ne voulait pas l'écouter et a payé le prix pour son obstination. Il aurait du marcher dans le chemin qui lui avait été donné. Désormais, Thane suivra ce chemin jusqu'à la fin.

 

Critique 

J'avoue que je ne sais pas trop comment conclure sur ce tome. Objectivement, le tome est très bon : le scénario est excellent, on est bien ancré dans les pensées de Thane et sa manière de parler correspond tout à fait à notre assassin Drell. Le rythme est soutenu et le découpage est ingénieux. On retrace les grands moments de la vie de Thane, il n'y a rien de superflu. On aurait peut-être aimé voir certains passages mieux développés, mais cela est difficile en une trentaine de page. C'est un beau résumé de sa vie, allant des beaux jours aux jours plus sombres, jusqu'à la triste conclusion qui conduira la famille Krios à sa perte.

Non, vraiment, objectivement, ce tome est vraiment bien fait. A l'exception peut-être du design d'Irikah, la première Drell a apparaître dans la franchise Mass Effect, nous donnant ainsi l'apparence officielle des femelles Drells. Car rappelons-le, les Drells sont une espèce vivipares, et leurs enfants sont capables d'ingérer de la nourriture solide dès leur naissance... Alors pourquoi présenter Irikah avec une physionomie humaine, notamment une poitrine qui est totalement incohérente biologiquement parlant ?

Ce tome est bon donc, et je pense que pour la plupart des lecteurs, l'émotion sera au rendez-vous, de même que le plaisir d'en apprendre plus sur l'assassin Drell le plus badass de la galaxie. Cependant, et c'est un avis très personnel, mais pour moi, ce tome n'aurait pas dû voir le jour. Cette tranche de vie de Thane aurait dû rester dans l'ordre de l'intime. Thane nous le raconte très bien avec ses mots et ses souvenirs dans les jeux. Pourquoi avoir besoin de revenir dessus ? Selon moi, dépeindre cette histoire entre lui et Irikah ne m'apporte rien de neuf, voir démystifie un peu l'image que je m'étais faite du couple. Je sais que je me répète, mais c'est un reproche que je ferais toujours contre Foundation, peu importe la qualité du tome : on dépeint dans cette série de comic des événements que nous connaissons déjà, qui ont déjà été mentionnés dans les jeux. Les tomes ne nous apportent rien de neuf et de constructif.

Néanmoins, je ne saurais nier que le tome est quasi excellent, et si je ne me représentais pas Irikah ainsi, j'ai adoré son personnage. Plus que l'histoire de Thane, le comic raconte la vie tragique d'Irikah, qui entre et sort du comic avec force et dignité, sans craindre pour sa vie, essayant toujours d'aider son prochain. On comprend pourquoi Thane est tombé sous son charme.

Enfin, j'avoue avoir un peu peur pour la conclusion de la série, qui arrive au prochain et dernier tome, car il ne s'est pas passé grand chose en 12 tomes. Comment conclure en une trentaine de page la destinée de Rasa, sa rébellion contre Cerberus et le vol du clone de Shepard ? J'avoue avoir peur pour la suite. Malgré mon avis personnel, ne boudez pas ce tome, il pourrait certainement être le dernier -et l'un des rares- à être bon de la série.

Par Natsumi 

Commentaires
Aucun commentaire Poster un commentaire