DLC Leviathan : premières impressions

Mass Effect Saga

Hadès J Danceny - Mercredi 29 Aout 2012 à 16h50 - 1 commentaire - News
image


Enfin, elle est là, la bestiole dont on nous promet bien des choses – surtout de nous livrer enfin l’origine des moissonneurs, rien que ça. Pour la modique somme de 800 points bioware, ou 8€, 1,4go de téléchargement, et autant d’excitation. Je lance le DL, et 20 minutes plus tard, c’est parti, direction la Citadelle pour une convocation urgente du Dr Brison. Manque de bol, il a à peine le temps de nous adresser quelques mots que son assistant pointe une arme sur lui, le regard vide…

image


Vous l’aurez compris, c’est le grand retour de l’endoctrinement et de la possession ! Leviathan commence in medias res, et embarque immédiatement le joueur dans une aventure qui peut s’étaler sur 3h30, pour nous faire visiter trois endroits différents, chaque lieu étant profondément marqué par une ambiance qui lui est propre. Là où certains DLC, comme le Courtier de l’Ombre, nous proposaient des phases d’actions haletantes, Leviathan nous emmène dans les profondeurs de l’histoire, dans tous les sens du terme. Le joueur devra accepter de devenir relativement passif devant les évènements, l’action étant définitivement diminuée par rapport à la phase d’exploration et d’explications. Cela étant, ce n’est nullement un reproche. Mais soyez déjà prévenus : vous n’achèterez pas Leviathan pour son action, mais bien pour son ambiance. Plongeons-nous dans le DLC.

image


Clairement, trois phases peuvent être extraites du DLC, avec trois identités radicalement différentes et des inspirations plus ou moins assumées. La première, empreinte d’une ambiance oppressante et mystérieuse, flirtant avec le malsain, dans une atmosphère froide, obscure et high-tech.  On se croirait dans un épisode d’X-Files, et il y a certains clins d’œil, notamment dans un très court échange avec votre partenaire de duo de départ, qui vont en ce sens. La seconde s’inspirait plutôt de l’esthétique de Dune, voire de Pitch Black, pour l’aridité des paysages, et marque le retour de l’action, et d’une phase de « plateforme » habituelle aux joueurs de Mass Effect. J’intitulerai la dernière partie « Le Grand Bleu », pour les raisons que chaque joueur sait – souvenez-vous de l’image dévoilée à la Comic Con dernière. Si la seconde partie vous permet de tâter de votre arsenal – avec deux « nouvelles » armes qui viennent se greffer à votre inventaire, les deux autres sont plus centrées sur l’exploration, et l’investigation. Si vous vous souvenez de la partie d’enquête dans le Courtier de L’Ombre, c’est le même principe, en beaucoup plus approfondi.



image


image


Je ne vais pas m’attarder sur l’histoire, d’autres dossiers vont suivre ces premières impressions, beaucoup plus précis à ce propos, mais je vais exposer ce qui fait, à mes yeux, les forces et les faiblesses de ce DLC. Comme j’ai pu le marteler depuis le début, c’est l’ambiance qui règne sur le DLC, autant par ses paysages grandioses, inquiétants, ou éthérés, que par ses thèmes musicaux, qui enveloppent chaque tableau à la perfection, allant encore plus loin dans la relation jeu-vidéo / cinéma tissée par Mass Effect depuis le début de la saga, qui fait tout le charme de ce nouveau DLC. Les différents ajouts pratiques – mods venus tout droit du multijoueur, et deux armes que ceux qui avaient acheté la collector possédaient déjà – sont relativement superficiels, à mes yeux.  Quant aux systèmes à visiter et aux nouvelles zones, elles sont intéressantes  - le laboratoire fourmille d’objets interactifs, et dévoile une nouvelle façon d’enquêter, instinctive et sympathique -, et étendues, avec de nouvelles ressources à ponctionner. Enfin, c’est l’histoire en elle-même, qui frappe non seulement la fin de Mass Effect 3, mais révolutionne toute la mythologie de la saga, qui fait tout l’intérêt du DLC.

image


Pour ce qui est des points un peu plus négatifs, j’attirerai l’attention des joueurs sur la redondance possible entre chaque partie, avec un retour à la Citadelle. Je dis bien possible, parce que c’est ce qui permet au DLC de pouvoir s’échelonner sur tout le jeu – en réalité, vous pouvez vous mettre à la poursuite du Léviathan dès les premières instances de jeu, et vous pouvez le terminer jusqu’avant de vous rendre sur la base de Cerberus. Vous pouvez donc profiter du DLC comme vous l’entendez, et ne pas le faire en 3h non-stop, comme votre serviteur. Il y a aussi un personnage de votre équipage qui, bien que son intervention et les dialogues qui s’ensuivent soient des plus comiques, tombe un peu comme la perruque de Lady Gaga sur la soupe.  Si l’atmosphère du DLC est excellente, les deux premières parties sont lentes à introduire la dernière, qui de ce fait donne bizarrement le sentiment d’être trop courte, par rapport aux attentes que l’on pouvait avoir. Enfin, j’attirerais encore l’attention des joueurs sur le « bug de l’échelle », qui risque de vous irriter : lorsque vous arriverez à ce moment, essayez de regarder en haut pendant que vous descendez, et le bug sera réparé – il est possible qu’il faille s’y reprendre à plusieurs fois.

image


En résumé, oui, j’ai aimé ce DLC, j’ai aimé me plonger dans l’histoire, et me laisser emporter dans une atmosphère qui détonne avec l’univers de Mass Effect en général. Oui, il vaut le coup, ne serait-ce que pour les décors grandioses et la musique sublime, qui vont vous bercer pendant 3h – une durée honorable, qui vaut son prix, si on doit parler de manière pragmatique. Les révélations de l’histoire sont très importantes, et risquent de nuancer la fin du jeu – à ce stade, je n’ai pas reterminé le jeu avec le Leviathan. Des petits gadgets viennent parsemer l’aventure et lui octroient quelques moments de légèreté dans une atmosphère profondément dramatique. S’il y a quelques ombres au tableau, elles n’entachent pas vraiment ce DLC, dont on pouvait attendre plus, mais qui remplit déjà fort bien son contrat.


Crédits photo : Sahagun & Hadès
Commentaires
Natsumi - 29/08/2012 20:01
Je crois que tu as dis l'essentiel de ce que je pense de ce DLC.

Une aventure très sympathique, avec des ambiances très soignées comme on en rencontrait dans ME1. Quelques redondances dans l'exécution des missions, mais en effet, ça doit être moins répétitif si on coupe la recherche du Léviathan avec d'autres quêtes de la partie solo.

Bref, une très bonne aventure pour ma part !

{spoiler}
Et c'est qui le coéquipier dont tu parles ? Vega quand il sert de camisole à Ann XD ?{/spoiler}
Poster un commentaire