Arts martiaux

Mass Effect Saga

Recherche par tags

Espèces
Zones
Périodes
Oeuvres
Arts martiaux

Arts martiaux

Auteur : Nissara T'Sironia
Catégorie : Roleplay - Codex
Date de création : Mardi 12 Mars 2013 à 15h48
Dernière modification : Dimanche 16 Fevrier 2014 à 12h45
Nombre de consultations : 1331
Tags associés : Géographie Espèce et Cultures Organisations Technologies Post-Moisson
Avertissement : Cette fiche a été créée par la communauté RolePlay de Mass Effect Saga, le contenu de celle-ci n'est donc pas officiel et ne représente que la vision de ses auteurs.

Arts martiaux asaris : 

Alnéka

Cet art martial asari se base en bonne partie sur les facultés biotiques de cette race. La garde est haute privilégiant quelques échanges, déviations et frappes rapides pour ouvrir la garde adverse afin de délivrer des coups amplifiés par les capacités biotiques innées de la race. Particulièrement difficile à pleinement maitriser, il faut des années d’entrainement intensif pour parvenir au juste dosage de frappes de paume biotiques qui caractérise cet art de combat. De par ce fait, seules quelques commandos asari et les probatrices parviennent à pleinement exploiter le potentiel de cet art martial.

N’elka

Cet art martial voit ses origines remonter très loin dans la culture asari. Les asaris étant dotées de pouvoirs biotiques, le fait de pouvoir lever une barrière bloquant la plupart des attaques a rapidement vu la création de ce style de combat en réponse. Entièrement basé sur des prises et des saisies, le but de cet art martial n’est pas de donner un coup qui sera bloqué par une barrière, mais de la franchir pour saisir l’adversaire afin de le neutraliser. Basé sur la souplesse et l’agilité naturelle de ce peuple, les mouvements sont toutefois d’une extrême violence une fois la clef amorcée. Le but est de neutraliser rapidement la cible afin qu’elle n’ait pas recours à ses facultés biotiques. Ainsi une saisie, un mouvement, semblera fluide et gracieux, jusqu'à ce que la clef soit exécutée, auquel cas les mouvements deviennent d’une rapidité et d’une violence rare.

T’nalé

Plus commun que le Alnéka, cet art martial exploite aussi les facultés biotiques des Asari, mais plus sous la forme de « coups de grâces » ; en effet quand l’adversaire est suffisamment sonné pour que le combattant puisse délivrer sa frappe biotique sans trop s’exposer. Il s’agit donc d’un style mêlant des frappes rapides et agiles des pieds et des poings, mais aussi des genoux, du tranchant des mains et des coudes. Cet art martial est celui maitrisé par la plupart des chasseresses asari, avec quelques variantes en fonctions des républiques qui sont généralement combinées si enseigné à une commando accomplie.

 

Arts martiaux butariens : 

Krall

Cet art martial est particulièrement brutal et traitre. Issu de l’Hégémonie Butarienne, il a été créé afin de prouver la supériorité de leur race sur toutes les autres. Violent et visant toujours les points faibles de l’adversaire, tout devient bon pour faire mal : épaules, coudes, doigts, pieds, genoux. Cracher au visage de l’adversaire pour lui faire fermer les yeux n’est qu’une preuve qu’en avoir seulement deux est une faiblesse pour les Butariens qui enseignent cet art martial dans chaque académie militaire comme étant le meilleur de tous. A noter que la vivacité de réaction, et plusieurs postures créant des angles morts pour des races n’ayant que deux yeux, montre bien que seul un Butarien pourra parfaitement user de ce style de combat.

 

Arts martiaux drells : 

Amonrite

Cet art martial drell est directement inspiré des préceptes d’Amonkira, leur déesse de la chasse. Il s’agit clairement du plus répandu chez ce peuple car se basant principalement sur des frappes rapides et puissantes. Poings, coudes, genoux, phalanges, tout devient utile pour frapper dans les parties les plus sensibles du corps afin de tuer rapidement. Les plus grands représentants de cet art sont sans conteste les assassins drells qui en usent afin de frapper et tuer le plus rapidement possible sans user d’armes, leurs poings suffisants allégrement pour cela. Il est à noter que seul un Drell usera pleinement du potentiel de cet art martial car celui-ci repose en partie sur leur masse musculaire plus dense.

 Kalahirite

Cet art martial drell rend hommage à la déesse Kalahira, mère des océans et déesse de la mort. Basé sur des mouvements souples et circulaires, le tout est de « glisser » autour de l’adversaire les bras souvent assez écartés du reste du corps. Le but est alors de trouver la brèche dans la garde adverse pour frapper une série de coups puissants, comme des vagues s’écrasant sur un rocher. C’est un art martial qui est particulièrement brutal dans un très court laps de temps avant de redevenir souple, ce qui déstabilise d’autant plus l’adversaire. Bien que les autres races puissent également l’apprendre seul les Drells le rendront pleinement mortel grâce à leur masse musculaire légèrement plus dense.

 

Arts martiaux galariens : 

Lomnia

Art martial des plus particuliers et prêtant souvent à rire pour les néophytes car d'origine galarienne. Il se montre pourtant redoutable et particulièrement efficace. Loin de beaucoup de classiques, cet art martial n'encourage aucunement le développement musculaire. Mais la réflexion rapide et les réflexes. Dotés d'une masse musculaire moins importante que les autres races, ils ont usé au maximum de leurs avantages pour créer ce style de combat basé sur des mouvements très rapides, et des frappes aux points les plus sensibles. Ainsi un Galarien usant de cet art semblera se déplacer sans arrêt dans des directions aléatoires et particulièrement perturbantes. Il s'agira en fait d'un schéma bien étudié et d'une précision chirurgicale, voulant faire passer la technique pour de l'improvisation, ce qui est quasi impossible à percer car il faudrait parvenir à suivre le fil de pensée d'un Galarien. Doté de multiples gardes, de frappes des doigts, des poings ou des pieds, usant même de leurs jambes puissantes pour des saut, le but est de surprendre, frapper la où ça fait le plus mal, et reculer. Ce style s'adaptant étrangement autant au duel qu'au surnombre, le combattant doit être juste plus rapide à la réflexion que ses adversaires. Ce qui, pour un Galarien entrainé, est souvent le cas…

 

Arts martiaux humains : 

Close Combat de l'Alliance

Art martial enseigné dans l’Alliance, c’est clairement le plus connu vis-à-vis des autres races en raison de la jeunesse de l'humanité dans la communauté galactique. Apparu pendant la seconde guerre mondiale pour entraîner des prises brutales et mortelles avec le maximum d’effet létal, il fut confronté à des races aliens pour la première fois pendant la guerre du premier contact. Depuis les instructeurs de l’Alliance l’ont fait évoluer afin de prendre en compte les potentiels nouveaux adversaires auquel ce style de combat serait confronté.  La garde se fait paume entrouverte souvent en partie dirigée vers la cible afin de réagir au plus vite à ses mouvements, que ce soit pour frapper, saisir, ou neutraliser une cible armée ou non.

 

Arts martiaux krogans : 

Rylan Kalros

Art martial Krogan dont le nom peut se traduire littérallement par "Tête de Kalros", principalement basé sur les coups de boules violents et brutaux de cette race. Beaucoup de maîtres prétendent qu’il ne s’agit pas d’un art martial mais simplement une forme de rixe de bar, mais version Krogan. Eux-mêmes répliquent en disant qu'il s'agit d'art Krogan. Inutile de préciser que seule cette race dotée de plaques frontales parvient à vraiment user de ce style.
 

Arts martiaux quariens : 

Tela Ne Kay

Cet art martial dont la traduction pourrait s’approcher de "La lame qui ne m’atteindra jamais", est très peu connu dans la galaxie et pour cause, seuls les Quariens le maitrisent réellement. Issu de ce qui fut transmit de leurs ancêtres vivant encore sur Rannoch, et affiné au sein de la flotte, il s’agit d’un art martial énormément basé sur la déviation des coups, pour profiter des ouvertures ainsi créées. Il s’avère redoutable face à un adversaire armé qui retrouvera bien souvent sa propre lame dans son corps ou son pistolet braqué sur son visage. Il est devenu d’autant plus apprécié et efficace depuis que les Quariens risquent la mort à cause d’un simple trou dans leurs combinaisons. La garde est en fait une garde main haute paumes ouvertes, tourné ou vers le bas ou légèrement vers l’avant.

 

Arts martiaux turiens : 

TFD

Cet art martial est le style de combat enseigné aux Turiens quand ils font leur service militaire. Doté d’une garde mi haute, il est basé sur la faculté de contourner la garde adverse afin de frapper directement l’adversaire, souvent par des crochets. On peut facilement déduire que plusieurs des mouvements de ce style de combat sont basés sur la possession de griffes des Turiens, mais les armures ont fait qu’il est aussi adapté pour les poings, ou souvent combiné avec deux Omnilames.

TNC

Cet art martial Turien est souvent enseigné en complément du TFD, ce dernier se base sur le fait de transformer ses jambes, bras et torse en « cage » pour emprisonner l’adversaire et lui briser les membres. Le but sera alors de pénétrer la garde de l’autre combattant afin de le bloquer jusqu'à reddition, ou de lui briser suffisamment de membres pour qu’il ne soit plus en état de combattre. Il est à noter que ce style de combat se base sur des particularités de la morphologie turienne, longs membres, plaques osseuses, ce qui fait qu’il s’adapte très bien pour combattre les autres espèces, mais nécessite des variations et un temps d’adaptation si un membre d’une autre race veux l’employer.

Fiches similaires

Extra

Accueil > Codex > Roleplay - Codex > Arts martiaux